L’entreprenariat au féminin

Publié le 
L'entreprenariat au féminin / iStock.com - mapodile
L'entreprenariat au féminin / iStock.com - mapodile
Au quotidien, la création d'entreprise reste encore un monde réservé aux hommes.  Parmi les nouvelles entreprises, seules 30% sont créées par des femmes, un chiffre qui a du mal à décoller. Le plan de développement de l'Entrepreneuriat féminin mis en place par le gouvernement en 2013 prévoyait de le faire passer à 40% d'ici 2017.

Les femmes et la création d'entreprise

Bien souvent, les femmes hésitent encore à créer leur entreprise pour deux raisons principalement :

  • la peur de se lancer, qui freine encore beaucoup de créatrices d'entreprise dans leur projet ;
  • le souci de maintenir un équilibre entre vie professionnelle et vie privée.

Afin de promouvoir l'entreprenariat féminin, de nombreux acteurs institutionnels mais également associatifs ou privés soutiennent la création d’entreprise grâce à des aides qui leur sont spécialement dédiées.

Selon les statistiques de l'INSEE, l'entreprenariat au féminin est en effet marqué par certaines caractéristiques :

  • La majorité des créations d'entreprises se fait dans le secteur des services, (administration publique, enseignement, santé humaine et action sociale), le commerce de détail et de restauration ;
  • Les créatrices d'entreprises ont un niveau de diplômes souvent plus élevé que leurs homologues masculins ;
  • L'objectif de la création d'entreprise est d'assurer son propre emploi pour 80% des femmes et 67% des hommes.
Fin 2012, en France, les femmes représentaient 40% des auto entrepreneurs, 37% des entrepreneurs individuels classiques, 25% des gérants de SARL et seulement 17% des dirigeants salariés de sociétés (hors SARL).

Les femmes entrepreneurs : des dirigeants comme les autres ?

Selon une enquête réalisée en septembre 2016 auprès d’un échantillon de 502 auto entrepreneurs et dirigeants de TPE et de PME (Observatoire des pros – Ifop - April), les femmes entrepreneurs partagent le même rapport à l'entreprise que les hommes. En revanche, elles mettent davantage l'accent sur des aspects psychologiques :

  • 71% des femmes accordent de l'importance à la relation de confiance avec les clients (contre 59% pour les hommes) ;
  • 93% des femmes sont sensibles à une bonne ambiance de travail (contre 85% pour les hommes).
    Les hommes insistent davantage sur des raisons directement liées à l’activité de l’entreprise comme un carnet de commandes bien garni.

Les dirigeantes sont également plus réceptives à certains enjeux sociaux et sociétaux :

  • le développement durable est ainsi légèrement plus important pour elles, (52% contre 49% pour les hommes) ;
  • l’économie collaborative, (79 % contre 71% pour l’ensemble) ;
  • les services à la personne, (94% contre 88% pour l’ensemble) ;
  • la silver economy, (88% contre 83% pour l’ensemble) ;
  • l'économie circulaire, (88% contre 81% pour l’ensemble). 

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".