Relooker un meuble de façon écologique

Publié le 
Relooker un meuble de façon écologique / iStock.com - Nito100
Relooker un meuble de façon écologique / iStock.com - Nito100
La récupération et le recyclage de meubles sont de plus en plus tendance et participent d'une philosophie où les déchets des uns deviennent les ressources des autres. Chinés dans les vide-grenier, trouvés dans la rue ou dénichés sur des sites dédiés au marché de l'occasion, les meubles anciens méritent souvent d'être réparés et rafraîchis, avant de connaître une nouvelle vie.


Redonner vie à des vieux meubles

Plutôt que de jeter, recycler et transformer permettent de consommer moins et ainsi de se montrer plus respectueux de l'environnement. De plus, les meubles neufs issus de la grande distribution sont souvent fabriqués à partir de panneaux de particules. Il s'agit en fait de copeaux de bois broyés, mélangés à de la colle, puis polymérisés qui imitent l'aspect du bois. Ils sont généralement chargés de formaldéhyde, un produit fortement toxique qui s'évapore lorsqu'on ouvre l'emballage.

Il est donc fortement recommandé de déballer ce type de meubles à l'extérieur, lorsque c'est possible et d'attendre une quinzaine de jours avant de procéder à leur montage. L'idéal étant d'opter pour :

  • des meubles en bois massif ;

  • des panneaux à faibles ou très faibles émissions ;

  • des meubles classés E1 ;

  • des meubles sans aggloméré, ni mélaminé.

Utiliser des peintures écolos

Lors des travaux de restauration, il est également conseillé de se montrer très attentif à la composition des vernis, des résines, des laques et des peintures. Certains produits sont particulièrement polluants et dangereux pour la santé. Sont à éviter :

  • les peintures à l'huile, chargées de glycérophtaliques. Elles contiennent entre 40 et 55 % de solvants volatils qui peuvent provoquer des troubles comme des vertiges ou des nausées. Ces composés organiques volatils (COV) peuvent rester dans une pièce plusieurs mois et se déposer sur différents supports, qui les réémettent.

  • Les peintures acryliques riches en co-solvants (de 5 à 10 %) et en éthers de glycol, néfastes pour la santé.

  • Les résines époxy dangereuses pour la peau et responsables d'allergies au contact et potentiellement cancérigènes à l’inhalation.

Faciles à trouver, les peintures et les vernis naturels sont à privilégier. C'est le cas des peintures à la chaux, des produits labellisés qui garantissent l'absence de métaux lourds et qui contiennent des additifs moins nocifs ou encore les peintures alkydes en émulsion, faiblement émissives de composés dans l'air.

 

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".