Santé : tout savoir sur l'eczéma

Publié le 
Santé : tout savoir sur l'eczéma / iStock.com - Thodonal
Santé : tout savoir sur l'eczéma / iStock.com - Thodonal
Chronique, allergique ou aigu, l'eczéma est une pathologie cutanée très urticante relativement fréquente chez les enfants et les adultes. Ses symptômes sont virulents et peuvent prendre plusieurs formes, selon le type d’eczéma diagnostiqué. Le point sur cette pathologie, ses formes et ses traitements.


Qu’est-ce que l’eczéma ?

L’eczéma une maladie inflammatoire qui entraine la formation de plaques rouges sur la peau et de fortes sensations de démangeaisons. Non contagieuse, la pathologie notoirement urticante se caractérise par une inflammation de la peau, qui peut s’accompagner de rougeurs, de fines vésicules, de squames. Très fréquente chez l’adulte et l’enfant, elle peut commencer très tôt dans la vie. Les personnes atteintes souffrent de ce que l’on appelle des « poussées d’eczéma », périodes de crises durant lesquelles les symptômes s’aggravent brusquement.

Quelles sont ses origines ?

La maladie trouve ses origines dans divers facteurs héréditaires et environnementaux que les spécialistes peinent encore à identifier clairement et de manière exhaustive. En dehors de l’eczéma constitutionnel, qui est une maladie chronique, il existe plusieurs autres types de réaction, comme l’eczéma allergique (ou de contact) ou l’eczéma aigu, là aussi déclenché par différents facteurs créant une sensibilité à un élément environnemental.

Quelles sont les manifestations des différentes formes d’eczéma ?

Nous l’avons vu, il existe plusieurs formes d’eczéma, déclenchées par différents facteurs. Parmi les plus courantes, l’eczéma aigu est une réaction cutanée fulgurante. Il se caractérise par l’apparition soudaine de plaques rouges et gonflées. S’en suit l’apparition de petites cloques nommées « vésicules » qui peuvent se transformer en bulles. L’eczéma chronique se manifeste quant à lui par des plaques rouges et squameuses aux bordures mal délimitées. C’est un eczéma persistant qui assèche la peau et peut occasionner des fissures.

Quels sont les traitements ?

Il n’existe actuellement aucun traitement qui permette de guérir définitivement l’eczéma. Les interventions médicales se limitent à l’utilisation des médicaments pour réduire l’inflammation et l’inconfort causés par la maladie. L’eczéma est une maladie handicapante, qui peut devenir invalidante. Il est indispensable de consulter un professionnel qui tâchera d’en identifier la cause, la forme et de prescrire le traitement adéquat, et ce dès l’apparition des premiers symptômes. L’application de soins locaux permet dans un premier temps de rétablir la barrière cutanée compromise par les plaques. Des antihistaminiques ou une crème à base de corticoïdes peuvent être prescrits par le médecin pour soulager les démangeaisons. Ces médicaments puissants sont à prendre sous constante surveillance médicale. Selon les cas, le professionnel de la santé peut lancer une batterie de tests allergologiques, visant à identifier les potentielles substances responsables d’un eczéma de contact.

Quelles sont les personnes à risque ?

L’eczéma est une maladie qui se développe via un large éventail de facteurs. Les personnes à risque sont donc très nombreuses, toutes origines et tranches d’âges confondues. Dans les populations à risque, on recense notamment les personnes dont un proche parent souffre d’allergies (asthme allergique, rhinite allergique, allergies alimentaires, certaines urticaires, etc.), les populations vivant dans un climat sec, ou dans une zone à forte densité urbaine. Certains facteurs relatifs à un comportement spécifique ou à des habitudes de vie peuvent également influer sur le développement de l’eczéma, comme le fait de se mouiller et de se sécher fréquemment la peau, de porter des matières textiles irritantes, ou encore de souffrir d’anxiété chronique. 

Quelles peuvent être les complications liées à l’eczéma ?

Dans les phases les plus poussées de la maladie, il est possible de voir survenir des infections cutanées bactériennes ou virales. Dans les cas les plus graves d’eczéma infantiles, la maladie peut occasionner un retard de croissance, corrigé par un traitement adéquat. Toujours chez l’enfant, la diversité des soins locaux peut entrainer un risque de sensibilisation de contact sur la durée. Pour remédier à cela, il est conseillé d’éviter les substances à haut risque allergique (parfums, contact avec des bijoux fantaisie, etc.) et de réaliser des tests épicutanés pour identifier les substances qui pourraient devenir de potentiels facteurs déclencheurs.

Plus rarement, l’eczéma peut également entrainer des complications ophtalmologiques.

Comment réduire les facteurs aggravants ?

Sans se protéger du développement de l’eczéma, il est possible de réduire les facteurs aggravants en modifiant, au besoin, son hygiène de vie. On commence par l’entretien de la peau et la toilette, réalisée avec un produit sans savon au PH neutre. S’en suit l’application quotidienne d’une crème hydratante émolliente, en dehors des zones inflammatoires, qui permet de rétablir la barrière cutanée notamment par temps froid et sec. Au quotidien, on évite également de porter des matières irritantes, comme la laine, ou les matières synthétiques à grosses fibres. L’exposition au tabac, aux animaux domestiques, aux moisissures est réduite au possible, et la pratique régulière d’un sport est fortement conseillée. Enfin, l’atmosphère de la maison doit être contrôlée par une ventilation efficace.