Certains animaux seraient adeptes de l'automédication

Article mis à jour le 

Quels sont les animaux se soignant avec les plantes ?
Quels sont les animaux se soignant avec les plantes ?

Certains animaux se soignent avec des plantes. Ce fait est observable chez des espèces telles que le chien, le chat ou le tigre indien. Chez les chimpanzés, ce savoir se transmettrait de génération en génération, d’après la primatologue française Sabrina Krief du Muséum national d’histoire naturelle.

Plusieurs espèces ont recours aux plantes pour se soigner. En son temps, Aristote avait déjà relevé que les chiens et les chats ingéraient des plantes pour se purger. Selon Sabrina Krief, primatologue au Muséum national d'histoire naturelle, les chimpanzés transmettraient une partie de leurs connaissances à leurs progénitures.

Les animaux se soignent

La faculté à utiliser les plantes pour se soigner est observée chez certaines espèces animales. Ainsi, le porc du Mexique ingère des racines de Grenade contenant un puissant alcaloïde efficace contre le ténia. Le loup d’Amérique du Sud avale une solanacée en cas de troubles gastriques. Le tigre indien mange des fruits pour se débarrasser des parasites localisés dans les intestins de leurs proies herbivores.

Automédication ou non ?

En 2013, Mark Hunter, biologiste à l'Université du Michigan, avait souligné que le terme automédication était inapproprié chez certaines espèces dans la mesure où ces animaux ne se soignaient pas. Les fourmis et les abeilles notamment incorporent dans leurs nids une résine de conifères aux propriétés antifongiques et antibactériennes. La question est de savoir si ces pratiques son innées ou ont été acquises par ailleurs. Selon Mark Hunter, “il existe un parallèle fort à établir avec l'épigénétique chez les humains. Nous comprenons désormais que les choix diététiques faits par les parents influencent la santé à long terme des enfants”. De son côté, Sabrina Krief soutient que les chimpanzés sont assez intelligents pour transmettre à leurs progénitures au moins une partie de leurs connaissances sur les plantes médicinales.

 

Sources : sciencesetavenir, lejournal.cnrs