Attentats de Paris : face à la tourmente, les symboles de solidarité

Article mis à jour le 

Dessin de Jean Julien devenu symbole de solidarité après les attentats du 13 novembre
Dessin de Jean Julien devenu symbole de solidarité après les attentats du 13 novembre

Illuminations de monuments aux couleurs du drapeau français, dessins, reproduction de la devise de Paris… Les rues comme les réseaux sociaux ont multiplié les allégories pour témoigner leur solidarité suite aux attentats du vendredi 13 novembre.

Neuf mois ont passé depuis la fusillade de Charlie Hebdo, le 7 janvier. Drame en marge duquel résonnait le slogan "Je suis Charlie". À l’heure où le terrorisme s’abat une fois encore sur la France, un nouveau mouvement mondial de solidarité s’élève depuis les rues et les réseaux sociaux. C’est le cas de cette Tour Eiffel encerclée de noir et formant le symbole usité de la paix. Dessin simple et d’une spontanéité stupéfiante, devenu en quelques heures l’emblème des réseaux sociaux avec son hashtag #PeaceforParis. Cette œuvre aussi surnommée "Pray for Paris" a été initialement attribuée au street-artiste Banksy, même si l’artiste Jean Julien en est à l’origine.

Outre le symbole, la devise de Paris "Fluctuat nec mergitur" s’est aussi rapidement imposée. Cette locution latine, infiniment poétique, signifie "il est battu par les flots, mais ne sombre pas".

Taguée sur la place de la République, elle fait figure de slogan de résistance. Le dessinateur Joann Sfar, avec toute sa causticité et son intelligence habituelle, a également témoigné toute sa tendresse à la ville Lumière. L’un de ses (nombreux) dessins publiés depuis les attentats reprend d’ailleurs la fameuse devise.

 

Des monuments parés de bleu, blanc et rouge

Dès le soir du 13 novembre, de nombreux monuments de par le monde ont arboré les couleurs du drapeau français, qu’il s’agisse du Christ rédempteur de Rio, de l’opéra de Sydney, de l’antenne du World Trade Center ou encore de la mairie de San Francisco.

 

Drapeaux en berne, bougies aux fenêtres…

Facebook a par ailleurs mis en place un système permettant à chacun d’indiquer à ses proches que l'on se trouve en sécurité. Tandis qu’un outil permettait dans le même temps de basculer sa photo de profil aux couleurs de l’étendard français. En parallèle, les cinq drapeaux présents sur les façades de l’Élysée ont été mis en berne, enserrés d’un ruban noir le matin ayant suivi l’attaque. De même, des rubans ont été intégrés sur les logos de nombreux médias en signe de deuil. D’innombrables bougies, enfin, ont été déposées aux fenêtres pour commémorer les nombreuses victimes et en soutien aux blessés et à leurs proches.

Aujourd’hui, l’heure est au recueillement et à l’union, et non à la récupération ou aux règlements de comptes. L’équipe de Pratique témoigne toute sa solidarité envers les familles des victimes, les proches ayant perdu un être cher et envers toutes celles touchées indirectement par ce malheur.

 

Source : lemonde