Énergie : les Européens, véritables accros du chauffage ?

Article mis à jour le 

Une étude révèle que de nombreux pays européens ont encore tendance à sur-chauffer leur habitat
Une étude révèle que de nombreux pays européens ont encore tendance à sur-chauffer leur habitat

Une enquête menée au sein de 5 pays révèle que la grande majorité des Européens ont tendance à trop souvent régler le thermostat au-dessus des valeurs préconisées. La plupart d’entre eux dépassent régulièrement les 19°C préconisés par l’ADEME, et de nombreux Allemands avouent privilégier un seuil minimal de 22° pour un meilleur confort.

Dans la lutte contre le réchauffement climatique, chaque geste compte. Il est important de comprendre l’importance d’économiser le plus petit degré pendant l’utilisation d’un système de chauffage.

Retour aux basiques

L’isolation thermique ou phonique et les énergies renouvelables sont importantes. L’idéal, au final, serait que chacun consomme moins d’énergie ou évite le gaspillage inutile des ressources. Les habitants du Vieux Continent considèrent l’efficacité énergétique comme une composante de l’isolation, de l’usage de l’énergie solaire, des appareils à basse consommation et d’autres équipements de gestion intelligente de l’énergie. C’est ce qui ressort d’une enquête de Harris interactive pour le groupe Spie (services dans les domaines de l’énergie et des communications).

Quand les Européens sont interrogés pour savoir quel est, selon eux, l’élément qui représente le mieux la notion d’efficacité énergétique, ils suggèrent tous en premier lieu la réduction du gaspillage. Ils sont 52 % en France, en Allemagne et en Belgique, 46 % aux Pays-Bas et 60 % au Royaume-Uni à le relever.

Même si la plupart déclarent être plus vigilants vis-à-vis de leur consommation d’énergies domestiques (entre 85 % et 95 %), la température de leur chauffage reste toutefois anormalement élevée. Ils sont 67 % en France, 62 % en Allemagne, 60 % en Belgique, 54 % au Royaume-Uni et 49 % aux Pays-Bas à penser, dans l’ensemble, que les commerces sont trop chauffés. Pourtant, ils estiment, à l’inverse, que la température de leur habitation est correctement réglée (78 % des Néerlandais, 70 % des Français, 69 % des Allemands, 66 % des Belges et 56 % des Britanniques).

Prêts à suivre les recommandations

Les personnes interrogées sont nombreuses à penser que la température intérieure de chauffage idéale pour leur maison doit être supérieure à 19°. Ils représentent 64 % des sondés au Royaume-Uni, 68 % aux Pays-Bas, 79 % en Belgique et jusqu’à 85 % en Allemagne. 32 % des habitants de l’Europe (près du tiers), situe cette température idéale à 20°, et 21 % d’entre eux à 21°C. Ils sont même 21 % en Allemagne et 15 % en Belgique à l’évaluer aux alentours de 22°. En France, c’est l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie) qui est chargée de fixer cette valeur. Tous se disent, cependant, enclins à respecter de manière plus rigoureuse les consignes en la matière sur leur espace de travail.

Qu’est-ce qui pourrait les inciter à avoir la main légère sur le thermostat ? Le portefeuille assurément. Pour 85 % à 93 % d’entre eux, la première réponse est “le montant trop élevé de la facture d’énergie”. Ensuite, 75 % des Britanniques, 92 % des Belges, 90 % des Français, 89 % des Allemands et 81 % des Hollandais estiment qu’ils seraient intéressés par l’opportunité de bénéficier d’avantages fiscaux. Quant aux intentions liées à la protection de l’environnement, la volonté de diminuer la pollution autour de soi est citée par au moins 73 % des sondés en Hollande et 89 % d’entre eux en France.

 

Source : lefigaro, enerzine