Quel chauffage électrique choisir ?

Par : Tech and Co - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
  • |
installation plancher chauffant

Installer un plancher chauffant

Quel chauffage électrique choisir entre les convecteurs, les panneaux, les accumulateurs, les radiants, les pompes à chaleur, les planchers chauffants…?


Tarifs EDF : plusieurs options possibles

Une fois le compteur électrique installé, il faut choisir entre les abonnements proposés par EDF à savoir soit le "Tarif Bleu" dont les prix sont fixés par les pouvoirs publics (en général plus avantageux financièrement), soit "Mon Contrat Electricité" dont les prix sont librement fixés par EDF.

Pour chacun de ces tarifs vous aurez le choix entre :

  • Option Base : le même prix à tout moment. Recommandé si l’on consomme peu d’électricité. A ne pas choisir si l’habitation est équipée d’un chauffe-eau électrique ou d’un chauffage électrique ;
  • Options Heures Pleines / Heures Creuses : des prix avantageux à certains moments de la journée. Intéressant si vous disposez d’un chauffe-eau électrique, d’un chauffage électrique par accumulation, de machines à laver programmables ;
  • Option Tempo (disponible uniquement pour l'offre Tarif Bleu) : des prix variables selon les jours et les heures d'utilisation. Bon pour un logement neuf équipé tout électrique. Ce tarif est basé sur un calendrier de jours bleus, blancs et rouges, chaque jour comportant des heures pleines et des heures creuses. Pendant les 300 jours bleus répartis sur l'année, le prix de l'électricité est au plus bas. Pendant les 43 jours blancs de l'année, il est proche du prix de l'option Heures Creuses. Quant aux 22 jours rouges, entre le 1er novembre et le 31 mars, le tarif est à son maximum.

Convecteurs électriques

Ce type de chauffage électrique fonctionne par mouvement d’air. L’air froid est aspiré par le bas, il se réchauffe au contact de la résistance électrique du radiateur puis s’élève dans la pièce en provoquant une circulation d’air.

Ces appareils, couplés à un thermostat qui régule la température en fonction des besoins, sont peu onéreux et ont une production de chaleur immédiate leur permettant de réchauffer très rapidement les petites pièces. En revanche, ils sont très gourmands en énergie et déconseillés pour les vieilles maisons ou les pièces très hautes de plafond.

Depuis fin de 2006, avec la nouvelle norme énergie, les convecteurs sont appelés à disparaître des constructions neuves.

Panneaux rayonnants ou radiants

Peu à peu, ils remplacent les traditionnels convecteurs. Une résistance électrique chauffe une plaque d’aluminium en émettant des rayons infrarouges. La chaleur se propage dans toute la pièce et réchauffe les murs, meubles, personnes et toute surface placée sur sa route.

Ces panneaux sont plus grands que les convecteurs, occupent donc plus de place mais sont plus fins et plus esthétiques.

Equipés en général d’une régulation électronique et d’un programmateur, ils chauffent parfaitement les grands volumes mais sont également plus cher à l’achat que des convecteurs.

Radiateurs à fluide caloporteur

Ils offrent un excellent confort de chauffe, tout en douceur. Ces appareils renferment un liquide (mélange d’eau et de glycol ou une huile végétale ou minérale) chauffé, en circuit fermé, par une résistance.

On retrouve les avantages d’un chauffage central pour le rayonnement mais aussi ceux d’un chauffage électrique pour la facilité d’installation et le réglage. Ces radiateurs peuvent être des appareils à inertie (surface d’échange thermique importante) ou des panneaux rayonnants.

La chaleur que ces appareils diffuse est saine, elle ne dessèche pas l’air.

Les appareils à huile n’ont pas besoin d’entretien, ceux à base de glycol ont besoin d’être vidangés tous les 5 ans.

Quel que soit son type, ce mode de chauffage revient cher à l’utilisation.

Radiateurs à accumulation

La nature économique de ce type de chauffage, exploitant le tarif heures creuses d’EDF, est un de ses principaux atouts ainsi que la qualité de la chaleur diffusée. Ces appareils restituent la journée une chaleur emmagasinée la nuit dans un bloc accumulateur constitué de briques réfractaires. Ainsi stockée, elle est diffusée par rayonnement mais aussi par un ventilateur couplé à un thermostat.

Il faut noter le prix d’achat qui représente un gros investissement, le côté encombrant et peu esthétique de ces chauffages ainsi que l’inertie du système qui rend sa régulation moins réactive.

Radiateurs à inertie

Les radiateurs à inertie représentent une réelle alternative au chauffage central grâce à leur corps de chauffe qui permet de restituer la chaleur après arrêt de l’alimentation électrique. Une résistance noyée dans un matériau réfractaire (brique, céramique, fonte) diffuse une chaleur par rayonnement.

Ils cumulent trois modes de chauffage (rayonnement, convection et accumulation).

D’utilisation économique, la chaleur qu’ils procurent est douce et convient bien aux grandes pièces.

Ils consomment peu d’énergie, ne nécessitent aucun entretien et peuvent être reliés à une centrale de programmation.

Radiateurs bloc de fonte

Les qualités reconnues de la fonte sont renforcées par les innovations technologiques qui en font un système de chauffage fiable, performant et de qualité.

La fonte, par l’intermédiaire de résistances électriques, accumule la chaleur et la restitue lentement. Le radiateur, chaud en permanence, diffuse une chaleur saine, qui se répartie uniformément entre le haut et le bas d’une pièce. L’installation est facile, rapide et les appareils sont solides.

Plancher chauffant

La chaleur émise est une chaleur par rayonnement en basse température (jamais plus de 28°). Le sol est chauffé par des câbles électriques chauffants noyés dans une chape de béton sur un isolant thermique.

Avantage : le système est totalement invisible. Inconvénients : son prix très élevé et la lenteur de la mise en action du système. De plus vous ne pourrez pas mettre de moquette ni de plancher flottant en raison de leur caractère isolant.

Climatisation réversible

En hiver, le système réchauffe l’air de la pièce au contact de l’unité située dans l’habitation. En été, c’est l’inverse, il rafraîchit l’air ambiant.

Si le système s’avère plus économique au kW produit et bien qu’ayant une double fonction celle de chauffage et celle de climatisation, il est terriblement plus onéreux à l’achat et à l’installation. De plus, les performances de l’appareil dépendent beaucoup de la température extérieure.

Pompe à chaleur

Une pompe à chaleur "pompe" les calories dans la nature. C'est un dispositif thermodynamique qui permet de transférer la chaleur du milieu le plus froid vers le milieu le plus chaud.

Certains modèles sont inversibles, capables de transférer la chaleur de la maison vers l'extérieur donc de servir de climatisation avec des ventilo-convecteurs.

Une pompe à chaleur ordinaire s'arrête lorsque la température souhaitée est atteinte et redémarre dès que l'installation demande de la chaleur. En revanche, une pompe à chaleur à variateur électronique, "inverter", adapte sa puissance en fonction des besoins thermiques de l'installation.

Les pompes à chaleur utilisent l'énergie renouvelable et gratuite et ne rejettent aucun CO² dans l'air. Elles consomment peu d'électricité mais nécessitent une installation et un entretien effectués par un professionnel compétent.

A découvrir également : notre rubrique consacrée à l'énergie électrique.


Logement, famille, travail...

Un expert vous répond

Contacter un expert

x

QUESTIONS SIMILAIRES

 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr