Les gels hydro-alcooliques jugés inefficaces et dangereux

Article mis à jour le 

Solution hydro-alcoolique à pompe 
Solution hydro-alcoolique à pompe 

Les gels dits "antibactériens" n’auraient aucune valeur ajoutée par rapport à un lavage classique, selon une étude coréenne. Pire, elles présenteraient même de sérieux risques de dérèglements hormonaux. Ces solutions hydro-alcooliques, qui promettent pourtant d’éliminer 99,99 % des bactéries, sont largement utilisées depuis l’épidémie de grippe A/H1N1de 2009.

Une étude coréenne menée à Séoul dans le but d’examiner les effets du triclosan (principal composant antiseptique des savons antibactériens) et de les comparer à ceux d’un lavage ordinaire vient d’être publiée dans la revue The Journal of Antimicrobial Chemotherapy. "Il n'y a aucune différence significative entre les effets bactéricides d'un savon ordinaire et ceux d'un savon antibactérien lorsqu'on les utilise dans les conditions de la vie quotidienne", concluent les chercheurs. Et pour cause, le triclosan ne serait plus efficace qu’un lavage des mains classique qu’après 9h d’utilisation en laboratoire. On est loin de la prétendue élimination à 99,99 % des germes vantée par les fabricants de gels hydro-alcooliques.

Or, le marché des gels antibactériens se porte bien. Celui-ci avait d'abord profité de l’inquiétude des consommateurs en 2009 avec l’épidémie de grippe A/H1N1. Puis son côté pratique, son format idéal pour le transport et son système de lavage sans eau avaient fini par emporter l’adhésion. Depuis décliné en différents parfums, il en existe à pompe, en tube, en flacon, en lingette… Autant de produits extrêmement toxiques et polluants que l’étude juge inutiles en matière d’hygiène. En réalité, les gels hydro-alcooliques au triclosan n’auraient pas de véritable propriété nettoyante. Autrement dit, si les mains sont désinfectées, les saletés n’en sont pas pour autant éradiquées.

Le triclosan, bientôt sujet à de nouvelles restrictions ?

Selon une recherche citée par l’association Santé Environnement France (ASEF),  l’application régulière de ces produits sur la peau déclencherait des dérèglements hormonaux et provoquerait une résistance bactérienne. Le produit a d’ailleurs été banni de tous les nouveaux produits de rasage en 2014, mais il subsiste dans ces savons antibactériens. Des états de somnolence, des maux de tête, des nausées et des vertiges ont été observés dans les cas d’usage régulier de ce perturbateur endocrinien, dangereux à terme pour le cœur comme pour la thyroïde.

À l’heure où de nouvelles restrictions de l’usage du triclosan sont encore à l’étude, l’Agence française du médicament préconise le lavage classique de trente secondes à l’eau et au savon plusieurs fois par jour.

 

Sources : Sciences et Avenir ; Francetv info