Un test pour savoir si un robot prendra prochainement votre travail

Article mis à jour le 

TOPIO, le robot humanoïde japonais. 
TOPIO, le robot humanoïde japonais. 

La BBC a mis en ligne un calculateur qui permet d’obtenir en pourcentage la probabilité de concurrence de votre métier par un robot dans les prochaines décennies.

Basé sur une étude menée en 2013 par deux scientifiques d’Oxford, le test de la BBC permet une typologie approximative des secteurs d’activités qui sont le plus susceptibles de se voir robotiser prochainement.

Au premier rang de ceux-ci figurent le telemarketer, mais aussi, plus étonnant : le boucher et le joaillier. En fait, deux facteurs semblent indispensables à ce que votre métier soit exercé par un humain. Soit il faut que la négociation constitue une part importante de vos responsabilités, soit il faut que votre métier exige empathie  et personnalisation d’un rapport à autrui. Les avocats ne risquent pas d'être prochainement concurrencés par des robots, mais c’est peut-être là qu’est le problème.

À y regarder de plus près, il y a de quoi s’attendre à voir le fossé des inégalités se creuser et peut-être anticiper une des plus grosses crises du travail de l’histoire occidentale. Car, comme le montre l’étude,  ce sont bien les métiers les plus précaires et les moins bien payés qui vont subir les avancées technologiques de l’intelligence artificielle. Puisque moins le poste nécessite de réflexions complexes, plus il risque d’être remplacé. De même, plus il est technique et répétitif, plus il risque d’être remplacé. L’étude avait déjà montré qu’à Londres, les personnes les plus modestement rémunérées sont celles que les robots vont le plus facilement concurrencer. Si les données utilisées pour fournir le résultat du test de la BBC sont exclusivement britanniques, les différentes études sur le sujet montrent que les autres pays n’ont aucune raison de présenter des résultats différents.

Pour éviter la mainmise des élites pensantes sur le monde du travail, certaines entreprises prennent déjà le pas en encourageant les profils qui disposent de compétences en management, de savoir-faire numérique et d’un fort potentiel  créatif. Avec ces trois clés, l’humain a (sans doute) encore de l’avenir.

 

Sources : Rue89 , L’ADN