Panneaux solaires : conseils et informations

Panneaux solaires : conseils et informations @ Dave Dugdale / Flickr
Panneaux solaires : conseils et informations @ Dave Dugdale / Flickr
Ça y est, c’est décidé, vous allez passer à l’énergie solaire ! Seulement voilà, entre les panneaux solaires photovoltaïques et les panneaux solaires thermiques, vous avez du mal à vous y retrouver. Pas de panique, Pratique.fr est là vous vous aider à y voir plus clair.


Panneaux solaires thermiques et photovoltaïques : quelles différences ?

Bien qu’ils utilisent tous deux l’énergie solaire, panneaux solaires thermiques et panneaux solaires photovoltaïques ne sauraient être confondus l’un avec l’autre.

D’un côté, le panneau solaire thermique convertit l’énergie du soleil en chaleur. Il est le plus souvent utilisé afin de produire de l’eau chaude sanitaire. Cependant, un système de chauffage central à eau chaude est également envisageable.

Le panneau solaire photovoltaïque quant à lui, transforme la lumière du soleil qu’il a capté en électricité. Celle-ci peut ensuite être revendue, en totalité ou pour partie.

Avantages et inconvénients des panneaux solaires photovoltaïques

Au rayon des points forts, le solaire photovoltaïque se distingue par :

  • sa fiabilité (l’absence de pièces mécaniques fait qu’aucune panne n’est à craindre) ;
  • son coût de fonctionnement peu élevé ;
  • sa rentabilité ;
  • sa grande espérance de vie ;
  • son faible impact sur l’environnement ;
  • le fait qu’il utilise une énergie quasi-inépuisable (pas de risque de pénurie avant très longtemps) ;
  • le fait qu’il fonctionne même dans des régions relativement peu ensoleillées.


Côté points faibles, le solaire photovoltaïques peut se voir reprocher :

  • le coût élevé des panneaux ;
  • le fait que les panneaux contiennent des produits toxiques et que leur recyclage laisse actuellement à désirer ;
  • la baisse du rendement électrique avec le temps.

Avantages et inconvénients des panneaux solaires thermiques

Même si beaucoup les oppose, panneaux solaires photovoltaïques et thermiques partagent des qualités communes.
Ainsi, à l’instar du solaire photovoltaïque, le solaire thermique séduit grâce à :

  • son impact très réduit sur l’environnement ;
  • sa grande longévité ;
  • son extrême fiabilité ;
  • la gratuité de son "carburant".


Toutefois, le solaire thermique déçoit par :

  • son prix relativement élevé ;
  • la nécessité de se doter d’un chauffage d’appoint ;
  • l’obligation de stocker la chaleur ;
  • les déchets toxiques que contiennent les panneaux.

Où installer les panneaux solaires ?

Les panneaux solaires peuvent être positionnés sur le toit d’une habitation (selon une inclinaison d’environ 30°) ou sur sa façade. En ce qui concerne les panneaux photovoltaïques, il est possible et même avantageux au cas où l’on désirerait revendre son électricité de les incorporer au bâti. 

Quelles sont les démarches administratives à effectuer ?

Quiconque souhaite incorporer des panneaux solaires à son habitation se doit de déposer une déclaration préalable de travaux en mairie. Et dans le cas où vous envisageriez d’équiper votre maison en cours construction de panneaux solaires photovoltaïques, il devra en être fait mention dans le permis de construire.

N’oubliez pas de consulter le PLU (Plan Local d’Urbanisme) afin de vérifier qu’aucune réglementation locale ne vient interdire l’installation de panneaux solaires. 

Panneaux solaires : quel coût ?

Le coût (pose comprise) d’une installation solaire photovoltaïque d’une superficie de 20 m² tourne aux alentours de 12 000 €.

Pour un chauffe-eau solaire dédié à la production d’eau chaude sanitaire, il vous en coûtera (pose comprise) de 4 000 à 5 500 €.

Dans les deux cas, il faudra tenir compte du temps plus ou moins long qui devra  s’écouler avant que l’installation ne soit rentabilisée. Cette durée est de 13 ans en moyenne dans le cas de panneaux solaires photovoltaïques et de 10 ans pour les panneaux solaires thermiques.

Panneaux solaires : de quelles aides financières bénéficier ?

Il est possible de faire financer, sous conditions, une partie de son installation solaire, notamment en empruntant de l’argent dans le cadre de l’éco-prêt à taux zéro (éco-PTZ).

Vous pouvez aussi déposer des dossiers en vue d’obtenir des subventions auprès des collectivités territoriales (mairie, Conseil général, Conseil régional) mais aussi de l’Anah (Agence Nationale de l’Habitat).

Enfin, des aides locales (commune, Conseil général, Conseil régional, ADEME, etc.) peuvent être accordées aux particuliers qui installeraient des panneaux solaires photovoltaïques dans une zone n’étant pas raccordée au réseau.

Rappelons que depuis le 1er janvier 2014, les dépenses relatives aux installations solaires photovoltaïques ne sont plus éligibles au crédit d’impôt (vosdroits.service-public.fr).

En revanche, le solaire thermique est lui toujours inclus au dispositif "équipements de fourniture d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire et dotés de capteurs solaires (chauffe-eau solaires et systèmes solaires combinés) ".