Autopartage : on ne mutualise plus le trajet, mais la voiture !

Publié le 

Autopartage : on ne mutualise plus le trajet, mais la voiture ! /iStock.com - Tramino
Autopartage : on ne mutualise plus le trajet, mais la voiture ! /iStock.com - Tramino

Afin de préserver l’environnement et de réaliser des économies, de nombreux particuliers optent pour l’autopartage. Cette formule permet de disposer d’une voiture sans en être propriétaire.

Le service d’autopartage est proposé par des particuliers ou des entreprises spécialisées. De plus en plus de personnes s’y intéressent à en croire l’augmentation de 164% du nombre d’inscrits chez Citiz entre mai 2016 et février 2017.

Un principe simple

À la différence du covoiturage qui consiste à partager une voiture avec d’autres personnes pour un même trajet, l’autopartage permet de réserver une voiture pour son usage personnel pendant une durée limitée. Pour en profiter, il suffit de s’abonner auprès d’une entreprise spécialisée ou de particuliers proposant ce service. La réservation est simplifiée grâce à internet et les voitures sont disponibles 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. D’après une étude menée par Carsonar en 2013, près de 26 256 voitures seraient en autopartage dans l’Hexagone, dont 90% appartenant à des particuliers. En outre, 54% des Français seraient établis à moins de 15 minutes à pied d’un véhicule en autopartage.

Une formule avantageuse

L’autopartage présente de nombreux avantages, notamment économiques, car l’abonné est déchargé de toutes les dépenses liées à la possession d’une voiture, comme les frais d’assurance, de parking ou d’entretien. D’après les spécialistes, le coût d’utilisation d’un véhicule de particulier s’élèverait à 4 500 euros contre 2 500 euros pour une voiture en autopartage pour une distance de 5 000 km par an. Cette pratique serait également bénéfique pour l’environnement dans la mesure où elle permettrait de réduire le nombre de véhicules en circulation. En effet, une voiture en autopartage remplacerait entre 4 et 8 véhicules de particuliers.

Une pratique encadrée

Au vu de ses avantages, l’autopartage est encouragé par le Grenelle de l’environnement. En 2012, la loi Grenelle a créé un label autopartage, dont les conditions d’attribution sont fixées par décret. Ce label d’excellence ouvre droit à divers avantages, dont des places de parking destinées aux véhicules en autopartage. En Île-de-France, un label d’autopartage avait été créé dès 2007. Une vignette est apposée sur les véhicules qui remplissent les conditions d’obtention.

Bonus : des conseils pour pratiquer l'éco-conduite :

 

 
L'éco-conduite, économique et écologique par Pratiks

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : auto