Cool job : devenez chasseur d'orages

Publié le 

Cool job : devenez chasseur d'orages / iStock.com - Thomas_Zsebok_Images
Cool job : devenez chasseur d'orages / iStock.com - Thomas_Zsebok_Images

Si les chasseurs de tornades sont nombreux aux États-Unis, certains Français se passionnent également pour les orages, ainsi que les éclairs et la foudre qui les accompagnent. Quelques-uns comme Xavier Delorme vivent de leur passion.

Si la plupart des enfants craignent les orages et les éclairs, des passionnés les traquent pour les immortaliser ou les étudier. Tour d’horizon du métier de ces chasseurs de mauvais temps.

Une passion avant tout

D’après Philippe Talleu, chasser des orages et des éclairs est avant tout une passion. Quinze ans plus tôt, ce photographe professionnel a quitté sa vie d’employé de banque pour s’investir pleinement dans sa passion : les orages. Chaque année, de mars à novembre, il parcourt le Nord à la recherche d’orages, d’éclairs et de foudre. Cependant, Philippe Talleu n’est pas le seul à se passionner pour ces phénomènes météorologiques. Ils seraient quelques dizaines à poursuivre les éclairs dans l’espoir de les photographier ou de les filmer. En été, certains n’hésitent pas à traverser l’Atlantique pour rejoindre la Tornado Alley, aux États-Unis.

Des matériels perfectionnés

Si les chasseurs d’orages ou de tornades se basent sur les prévisions météo pour rejoindre les sites les plus prometteurs, la plupart utilisent des matériels sophistiqués pour traquer le mauvais temps. Les reflex numériques sont de mise pour obtenir des clichés de qualité. Certains transforment même leur voiture en une véritable petite station météo pour ne rien rater. En effet, les sites sont parfois éloignés de quelques centaines de kilomètres. D’avril à octobre, Xavier Delorme parcourt entre 30 000 et 40 000 km dans sa voiture équipée de bidules clignotants et d’une tourelle.

Un véritable métier

Certains chassent les orages uniquement par passion et d’autres en font leur métier. Pour Xavier Delorme, une collaboration avec Météorage, filiale de Météo France, lui permet de vivre de sa passion. Il vend aussi les photos et les vidéos prises au cours de ses épopées. Son œuvre la plus largement diffusée serait la photo d’une foudre qui s’est abattue près de l’abbaye du Mont-Saint-Michel.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : fiches métiers