Cool news : préserver la mer en l'inscrivant dans la Constitution

Publié le 

Cool news : préserver la mer en l'inscrivant dans la Constitution / iStock.com - pichitstocker
Cool news : préserver la mer en l'inscrivant dans la Constitution / iStock.com - pichitstocker

Face à la pollution marine qui ne cesse de prendre de l'ampleur, des députés français ont intégré dans la Constitution la préservation des océans et des mers. Il s'agit de fixer les différents domaines d'intervention de la loi.

Si aucune action n'est entreprise, il y aura bientôt plus de plastique que de poissons dans les océans. Pour éviter cette tragédie, des députés ont eu la bonne idée d'inscrire un article relatif à la protection des océans dans la Constitution.

Un article inédit

Le 19 juillet, un amendement a été voté par les députés pour inscrire la préservation des océans et des mers dans la Constitution française. Il s'agit d'une belle avancée, car cette zone représente plusieurs millions de kilomètres carrés. Selon Huguette Bello, députée à La Réunion et auteure de l'amendement, l’espace maritime de l’Hexagone est le second en termes d’importance, et ce, sur le plan mondial. Il est ainsi nécessaire qu'il soit préservé à juste titre. Maina Sage, députée de Polynésie, est favorable à cette mesure. Il s'agit d'un important progrès dans la protection des océans. Apparemment, Sea Cleaner, le voilier nettoyeur ne suffit plus pour assainir les mers.

Mettre les océans sur le même pied d'égalité que les forêts

Pour les Organisations Non Gouvernementales, il faut rester réaliste. S'il s'agit d'une avancée intéressante, les actions doivent suivre. Sur le papier, cet amendement vient à point nommé, car la France accuse du retard quant à la gestion de son milieu maritime. Maina Sage rappelle que le phytoplancton présent dans les océans produit 50% de l'oxygène nécessaire à la survie de l’Homme, et qu'il absorbe au moins 30% du dioxyde de carbone émis. Si les forêts sont en mesure de régler le climat en absorbant le carbone, les océans ont aussi un rôle majeur à jouer dans l’écosystème. Ils doivent donc être protégés en conséquence. Dans tous les cas, un pas de géant a été franchi. Après les députés, c'est au tour du Sénat d'accepter cet amendement, pour ensuite être voté au niveau du Parlement.

Une biodiversité qui mérite d'être protégée

Il faut savoir que la France dispose d'une riche biodiversité. Son territoire abrite près de 10% des espèces recensées de par le monde. Cependant, plusieurs d'entre elles risquent de disparaître à cause des pesticides, de la perte de leur environnement et des espèces invasives. En 2018, l'Observatoire national de la biodiversité a recensé plus de 95 000 espèces de poissons, d'oiseaux, d'insectes, de mammifères, de champignons et de plantes à fleurs en France métropolitaine. En Outre-mer, ce ne sont pas moins de 80 000 espèces qui y ont été recensées. Afin d'éviter les nombreuses amendes et remontrances à son encontre, la France se doit d'agir pour protéger les mers et océans qui entourent la France métropolitaine et d’outre-mer.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : natureloisirs