Don d'organe : tous donneurs en 2017

Publié le 

Don d'organe : tous donneurs en 2017
Don d'organe : tous donneurs en 2017

D’après un décret de la loi Santé en vigueur depuis le 1er janvier, tous les Français sont désormais des donneurs d’organe par défaut. Cette nouvelle loi devrait améliorer la situation des patients en attente d’une greffe, trop nombreux en France.

En 2015, près de 21 000 patients étaient en attente d’une greffe. La même année, 571 prélèvements ont été réalisés sur des personnes vivantes et 1 824 sur des cadavres afin de sauver des vies.

Un prolongement de la loi Caillavet

Pour Le Monde, cet amendement constitue juste un prolongement de la loi Caillavet du 22 décembre 1976. En effet, cette dernière autorise le prélèvement d’organes à des fins thérapeutiques sur le cadavre d’un individu qui n’a pas manifesté son refus à une telle intervention de son vivant. Ce nouveau décret devrait permettre de remédier au manque de dons alors que 79% des Français y sont favorables.

Une démarche officielle pour refuser

Malgré cette loi, chacun est libre de refuser le prélèvement d’organes après sa mort. Pour ce faire, l’intéressé doit s’inscrire sur le registre national des refus, qui compte actuellement environ 100 000 noms. Si aucune démarche officielle dans ce sens n’a été effectuée par le défunt, sa famille ne pourra opposer aucun refus au prélèvement d’organes sur son cadavre. En effet, sous l’émotion, près de 32,5% des familles des défunts n’acceptent pas le don d’organe.

Une possibilité et non une obligation

Le prélèvement reste toutefois une possibilité et non une obligation surtout si la famille du défunt le considère comme inacceptable. Il n’est donc pas automatique sur le cadavre d’une personne non inscrite sur le registre des refus. Dans la pratique, les médecins s’efforcent de dialoguer avec les familles pour leur expliquer la loi et les sensibiliser au don.

Cet article a recueilli 4 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : vie quotidienne