Enfants : l'éducation positive, vraiment efficace ?

Publié le 

Enfants : l'éducation positive, vraiment efficace ? - iStock - KatarzynaBialasiewicz
Enfants : l'éducation positive, vraiment efficace ? - iStock - KatarzynaBialasiewicz

En matière d'éducation, chaque jour est un nouveau défi. L'éducation qualifiée de positive consiste à instaurer de nouvelles relations entre parents et enfants. Si sur le papier le concept est intéressant, la réalité est tout autre.

Parmi les nombreuses idées reçues et les divergences sur l'éducation des enfants, l'éducation positive a le vent en poupe et se répend de plus en plus dans les foyers. Elle est plébiscitée sur les blogs, dans la presse parentale et inonde les forums d'éducation. Elle a pris tellement d'ampleur qu'elle est devenue la “norme” à suivre.

La psychologie et l'éducation positive

L'éducation positive invite les parents à adopter une approche différente vis-à-vis de leurs enfants : ne pas leur crier dessus, éviter les punitions, ne pas les violenter, car les fessées sont désormais punies par la loi, ne pas être trop autoritaire… En d'autres termes, il s'agit de leur laisser une certaine marge de manœuvre. Intuitivement parlant, cette approche ne présente que des bienfaits et peu de psychologues osent s'ériger contre elle. Il est effectivement difficile de se prononcer contre l'empathie, la paix et la bienveillance. L'éducation positive a été influencée par la méthode de Communication Non Violente prônée par le psychologue Rosenberg, le développement des neurosciences sur le fonctionnement cérébral et de l'idéologie sur la centration sur l'enfant initiée par la Pédagogie Nouvelle. Ainsi épaulée par la science, la psychologie et le modèle éducatif en vigueur, l'éducation positive ne pouvait que supplanter l'autoritarisme traditionnel. Cependant, divers experts montrent que cette forme d'éducation n'a pas que des avantages.

Les méfaits de ce type d'éducation

Au grand dam des spécialistes, l'éducation positive ne comporte pas que des aspects positifs. Et les avis sur ce sujet ne manquent pas. Parmi ses détracteurs, la psychanalyste Claude Halmos confie que l'autorité est nécessaire à l'éducation. Le petit enfant ne comprend pas que les limites qu'on lui impose sont bénéfiques et ne sont pas un frein à son plaisir. Par ailleurs, les enfants éduqués positivement ont plus de chances de se faire harceler à l'école. Ils ne sont pas habitués à se venger et ignorent comment se défendre correctement. Comme quoi la perversité a du bon ! Quant à Nicolas Marquis, il stipule que cette forme d'éducation prive les enfants de certains avantages. En étant plus responsables, ils sont moins insouciants, ce qui est pourtant une des principales spécificités de l'enfance. Toujours selon Nicolas Marquis, l'éducation positive induit les parents en erreur lorsqu'ils pensent que leur quotidien se passera sans crise, lutte et colère. Dans les faits, il n'est pas possible de rester zen et de tout supporter en toutes circonstances. Reste à savoir si l'éducation positive permet de comprendre l'enfant-roi.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : éducation