Fraude sur le miel : ce qu'il faut savoir avant d'acheter

Publié le 

Fraude sur le miel : ce qu'il faut savoir avant d'acheter / iStock.com - showcake
Fraude sur le miel : ce qu'il faut savoir avant d'acheter / iStock.com - showcake

Une étude menée en 2016 par l’UNAF révèle que la France consomme près 45 000 tonnes de miel par an, mais n’en produit que 9 000 tonnes. Ainsi, le pays importe près de 80% de sa consommation, parmi lesquels de nombreux produits frauduleux. Voici ce qu'il faut savoir sur le sujet.

Connu pour ses nombreuses vertus, le miel envahit les rayons des supermarchés. Tour d’horizon des astuces pour reconnaître les bons produits des miels frauduleux.

Une fraude à grande échelle sur le miel

Les résultats d’une série de tests publiés en 2015 par l’Union européenne montrent que près de 32% des miels analysés seraient dénaturés par des actes frauduleux. Ces chiffres confirment les résultats des analyses effectuées en 2014 par le magazine Que Choisir selon lesquels 6 des 20 produits testés présenteraient du sucre ajouté. D’après Éric Jamin du groupe Eurofins, dont les laboratoires effectuent des analyses de miel, les fraudeurs ajoutent du sirop de sucre, car cette technique est la plus rentable. Cependant, d’autres ajoutent du sirop de maïs.

Le prix du miel, un critère important

Pour Étienne Bruneau, de la fédération des syndicats d’apiculteurs dans le monde (Apimondia), le faux miel provient principalement de Chine. Selon le responsable de la commission qualité d’Apimondia, seuls 15% des miels chinois répondent aux normes européennes qui interdisent l’ajout ou le retrait de composants. Le spécialiste avance que le prix constitue un premier indice pour reconnaître un miel mélangé avec du sirop de sucre ou de maïs pour revenir moins cher. Ainsi, un produit proposé à moins de 15€ le kilo serait douteux, car le miel de qualité se négocie à plus de 23,5€ le kilo.

Les étiquettes

D’après les spécialistes, les distributeurs seraient complices de cette fraude à grande échelle en mélangeant les produits afin d’uniformiser leur texture. Il en résulte des produits bas de gamme de marques de distributeurs. Les spécialistes recommandent ainsi de privilégier les miels labellisés IGP, AOP ou AOC qui font l’objet de contrôles stricts. En outre, les étiquettes des produits de qualité sont plus précises quant à leur origine. Elles doivent contenir les mentions « récolté et mis en pot ».

Cet article a recueilli 10 avis. 90% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : cuisine