Le marché du bricolage : un secteur en pleine forme !

Publié le 

Le marché du bricolage : un secteur en pleine forme ! / iStock.com - M_a_y_a
Le marché du bricolage : un secteur en pleine forme ! / iStock.com - M_a_y_a

Porté par une conjoncture économique favorable, le marché du bricolage connaît – et connaîtra encore pour quelques temps – une croissance stable. Le bon moral des ménages allié à une reprise des mises en chantiers constitue un important levier de croissance pour ce marché. La pratique du bricolage reflète la transition démographique et définit les usages de demain : des usages placés sous le signe de la parité, de l’hédonisme et marqués par le retour en grâce de la décoration.  A l'occasion de la Journée mondiale du Bricolage, le 24 mai, nous faisons le point.

Le secteur du bricolage bénéficie de forts leviers de croissance

Le secteur du bricolage bénéficiera en 2017 d’une embellie, conséquence de celle rencontrée par le marché de l’immobilier en 2016. Les mises en chantier de logements ont ainsi bondi de 10% en 2016 : ce sont près de 848 000 biens qui ont changé de propriétaire. De quoi fournir aux bricoleurs et au secteur du bricolage une masse de biens à rénover, améliorer ou transformer.

Cette manne providentielle est dopée par un bon moral des ménages, un indicateur immatériel mais décisif dans l’analyse d’un marché.  Ainsi, près de 15 millions de ménages dans l’Hexagone n’ont plus de remboursement immobilier à effectuer et se déclarent prêts à investir dans la rénovation ou l’équipement de leur logement. Le parc immobilier français devrait donc en profiter. Rappelons que ce parc s’illustre notamment par des équipements calorifiques défaillants, des isolations perfectibles et des problèmes de vétusté ou d’humidité.

Enfin, l’intérêt croissant des Français pour le Do It Yourself, l’émergence de la génération des 18-30 ans ainsi que la féminisation du bricolage sont autant de réservoirs de croissance au service d’un marché en pleine expansion.

Ce marché dynamique doit relever le défi du digital

Représentant 3% de son marché total (contre 10% environ pour l’Allemagne ou l’Espagne), le e-commerce progresse plus rapidement que la distribution en réseau physique : + 25% en 2016 contre seulement 1,6% de croissance pour les Grandes Surfaces de Bricolage (GSB). Ces Grandes Surfaces constituent néanmoins le circuit de distribution le plus important, avec 77% des ventes réalisées sur le secteur.

Le marché du bricolage connaît en somme un phénomène inverse de celui qu’expérimente l’industrie de la culture. Dans ce dernier domaine, les consommateurs s'informent dans les magasins physiques sur des produits qu'ils finissent par acheter en ligne. C'est le search offline/ purchase online. Le phénomène inverse se produit dans le cadre du bricolage : les renseignements se prennent sur les sites marchands mais l’acte d’achat est traditionnellement réalisé en magasin physique. Le défi pour le secteur sera de parvenir à distribuer autant sur un canal que sur l’autre.

Le bricolage est le premier marché de l’équipement du foyer (devant l’ameublement, le jardin et l’électroménager) ce qui, en toute logique, représente une part conséquente du budget des ménages. La multiplication des tutoriels en ligne destinés à former les internautes par la méthode du pas-à-pas didactique, alliée aux habitudes de consommation des digital natives devraient faciliter la transition. Là encore, les femmes prennent les devants : une étude récente démontre que 33,7% des digital-bricoleurs sont des femmes. De plus, quand elles ne sont pas acheteuses en direct, elles sont nettement prescriptrices, surtout dans l’univers de la décoration.

Source : étude Unibal réalisée pour la Fédération des Magasins de Bricolage / Année 2016.

 

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : brico