Nature : un petit élevage "bio" chez soi, c'est possible !

Publié le 

Un petit élevage "bio" chez soi, c'est possible ! / iStock.com - praetorianphoto
Un petit élevage "bio" chez soi, c'est possible ! / iStock.com - praetorianphoto

Au premier abord, élever des poules, des moutons, des brebis… semble plus compliqué que d’entretenir un chat ou un chien. Pourtant, cette activité n’est pas si difficile, à condition de bien réfléchir au projet, de s’y préparer et d’y consacrer un peu de temps. Un petit élevage “bio” chez soi, c'est possible !

Comment faire pour démarrer un petit élevage “bio” chez soi ? Des guides, comme l’ouvrage d’Anne Denis, cherchent à aider les amateurs à se lancer dans l’aventure et à réaliser avec succès ce projet atypique. Forte d’une trentaine d’années d’expérience, l’éleveuse donne de nombreux conseils pratiques pour entretenir correctement ses animaux.

Un élevage “bio” familial à la maison

Un petit élevage “bio” familial est très tentant. Il permet notamment de savourer des œufs frais venant du poulailler, de laisser les chèvres et les moutons s’occuper de la pelouse, de partager la compagnie d’un poney, d’un âne ou d’un cheval, etc. En élevant une vache, il est aussi possible d’assurer en partie son autonomie alimentaire. Avec un peu de temps et un petit terrain dédié, ce projet est tout à fait réalisable. Toutefois, il est fortement conseillé de réfléchir au projet et de se renseigner avant de se lancer. Le bien-être des animaux et le respect du voisinage sont en jeu.

Le guide pratique publié par Anne Denis (Petit élevage familial Bio, aux éditions Terre vivante) accompagne pas à pas les futurs éleveurs pour les aider à déterminer leurs atouts, les ressources nécessaires ainsi que leurs objectifs à court et long terme. Cet ouvrage comporte également des fiches dédiées à chaque animal et des informations utiles sur les réglementations à respecter. Ce type de livre permet aux éleveurs chevronnés de partager leur expérience en la matière.

Réalisation du projet

Concrètement, avant de se lancer, il faut prendre le temps de réfléchir sur sa disponibilité, ses atouts et les espèces les plus adaptées à son petit élevage. En effet, cette activité exige de consacrer régulièrement un peu de temps à ses animaux. Les poules, les canards, les dindons, les oies, les pintades et les lapins, par exemple, sont parfaits pour commencer son élevage. En fonction du budget et du terrain disponible, les brebis, les chèvres, les cochons, ou encore les chevaux et les vaches peuvent aussi être envisagés, même pour les débutants.

L’éleveur en herbe doit se renseigner au préalable pour connaître les principaux besoins et les exigences de ses futurs animaux (nourriture, matériel, logement, soins, coût de l’entretien, espace vital minimum, etc.). Il faut également étudier les différentes ressources disponibles sur sa propriété (point d’eau, ombrage, surface dégagée, etc.) pour assurer le bien-être de ses animaux.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : nature