TheFoodLife : une nouvelle appli contre le gaspillage alimentaire

Publié le 

Thefoodlife : une application relie associations et supermarchés pour lutter contre le gaspillage alimentaire / iStock.com-deabug
Thefoodlife : une application relie associations et supermarchés pour lutter contre le gaspillage alimentaire / iStock.com-deabug

Lancée en octobre à l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation, l’application TheFoodLife ambitionne de combattre le gaspillage alimentaire. Elle relie les associations caritatives et les supermarchés pour une meilleure utilisation des invendus.

En vertu de la loi du 3 février 2016, les grandes surfaces ont l’obligation de donner leurs invendus aux associations caritatives au lieu de les jeter. Des mesures contre le gaspillage alimentaire ont été mises en place et l’application gratuite TheFoodLife a été créée dans cette optique.

Faciliter le recyclage des invendus en grande surface

Malgré le vote de la loi sur le gaspillage alimentaire et le paiement d’une amende de 3 750€ imposée aux contrevenants, une grande quantité d’invendus des supermarchés continuent de remplir les poubelles faute d’organisation. Dans l’objectif de mettre en relation les grandes surfaces et les associations caritatives, Arash Derambarsh, un élu municipal de Courbevoie, dans les Hauts-de-Seine, a décidé de créer TheFoodLife en collaboration avec Marc Simoncini, fondateur du site de rencontre Meetic. Cette application mobile reliée au site thefoodlife.org est téléchargeable gratuitement sur App Store et Google Play.

7 000 supermarchés répertoriés

Actuellement, TheFoodLife recense plus de 7 000 supermarchés d’une surface située entre 400 et 2 500m². Tous ces magasins sont répertoriés sur une carte interactive. Le nom de chaque enseigne, son numéro de téléphone et son adresse apparaissent dans un onglet afin de permettre aux associations de la contacter. L’application incite chaque magasin à remplir quotidiennement une fiche afin d’indiquer la quantité de produits frais à distribuer et les horaires pour les récupérer.

Vers une extension à toute l’Europe

Arash Derambarsh, un des initiateurs de la loi du 3 février 2016, mène aujourd’hui une campagne pour qu’elle soit transformée en directive européenne. Selon lui, plus de 5 000 associations locales œuvrant dans la collecte et la redistribution des invendus ont vu le jour après le vote de cette loi. En outre, près de 10 millions de repas auraient été distribués. Pour défendre son projet, l’élu municipal de Courbevoie a déjà recueilli plus de 910 000 signatures et compte atteindre le million d’ici la fin de l’année.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : loisirs divers