Brûlures : Quels sont les premiers gestes à adopter ?

Publié le 
Brûlures : Quels sont les premiers gestes à adopter ? / Istock.com - helovi
Brûlures : Quels sont les premiers gestes à adopter ? / Istock.com - helovi
Le monde est rempli de danger. Que ce soit à la maison ou ailleurs, personne n’est réellement à l’abri d’un manque d’attention ou d’une maladresse. Parmi les accidents ménagers les plus fréquents se trouvent les brûlures. Le feu de la gazière, le four, l’eau bouillante, le fer à repasser ou encore l’échappement de la voiture sont autant de facteurs à risques pouvant entraîner une brûlure plus ou moins importante. Face à ce genre de situation, les premiers instants qui suivent l’accident sont capitaux. Des gestes de premier secours doivent être pratiqués pour limiter autant que possible les dégâts tissulaires. En France, le nombre annuel d’hospitalisations liées à une brûlure atteint les 10 000 personnes. Les cas diffèrent selon leur degré de sévérité. Les brûlures superficielles sont aisément traitées à l’aide de la trousse de secours tandis que les situations plus graves, notamment les brûlures au troisième degré, requièrent une intervention médicale immédiate. Pour information, les premiers réflexes à adopter suite à une brûlure jouent un rôle déterminant. Zoom sur les bons gestes à avoir.


Une vérification des fonctions vitales

L’un des premiers réflexes à avoir face à un grand brûlé est de contrôler ses fonctions vitales. En effet, dans les cas de brûlure grave, notamment chez les enfants, les organes importants peuvent être touchés. De ce fait, il est primordial de vérifier les fonctions hémodynamiques et respiratoires du brûlé avant l’arrivée des secours. Ces informations pourront par la suite servir pour les premiers soins. Ceci dit, ce geste ne s’applique que dans les situations de brûlures extrêmes où la victime aurait perdu connaissance, d’où la nécessité d’avoir un Sauveteur Secouriste du Travail. Pour des brûlures mineures, il n’est pas nécessaire d’en arriver là.

La règle des trois “20”

Logiquement, refroidir la zone brûlée fait partie des premiers gestes indispensables. Passer immédiatement la zone touchée sous le filet d’eau froide du robinet est ainsi un réflexe inné chez l’être humain. Toutefois, ce procédé n’est pas à faire au hasard. Plutôt que de maintenir la brûlure sous l’eau pendant une durée aléatoire, la règle des trois “20” est à appliquer. Concrètement, cela consiste à placer la plaie ou la zone brûlée par un coup de soleil sous un jet d’eau à 20°C, pendant 20 mn, et ce, à une distance de 20 cm du robinet. En plus d’atténuer l’horrible sensation de brûlure, ce geste maintient la peau hydratée. En effet, une brûlure déshydrate rapidement. Cette étape de refroidissement peut s’arrêter dès lors qu’une sensation d’hypothermie commence à se faire sentir.

Une vérification des fonctions vitales

Dans le cas d’une brûlure mineure ou modérée, le refroidissement de la plaie doit être suivi d’un pansement. Pour ce faire, il est conseillé d’opter pour un pansement stérile et légèrement humidifié placé sur la zone touchée. Autrement, il est possible de recourir à de bonnes vieilles astuces de grand-mère telles que l’usage de l’huile essentielle de géranium, un allié de taille contre les brûlures. Dans tous les cas, si la situation est grave, il est primordial de consulter un médecin dans les plus brefs délais afin d’éviter des dommages tissulaires plus importants.