Don du sang : comment procéder ?

Publié le 
Don du sang : comment procéder ?
Don du sang : comment procéder ?
Face à un risque grandissant de pénurie, l'Établissement Français du Sang (EFS) a lancé, ce 9 janvier, une campagne d'appel aux dons. L'objectif est de refaire le stock de sang et, pour cela, 10 000 dons sont nécessaires par jour. Qui peut donner, où et comment ? Quels sont les risques et est-ce douloureux ? Pratique répond à vos questions.


Pourquoi le don de sang est-il nécessaire ?

La transfusion sanguine est indispensable dans le traitement de nombreuses maladies (cancer, leucémie, sida...) mais intervient également en cas d'accouchement difficile ou lors d'opération de grands brûlés par exemple.

Les besoins en globules rouges, plasma sanguin et plaquettes sont donc importants, à tel point qu''il faut 10 000 dons quotidiens pour y parvenir.

 

Qui peut donner son sang ?

À première vue, nombreux sont les donneurs potentiels. Il suffit en effet d'être âgé entre 18 et 70 ans et d'être en bonne santé. C'est dans la définition de l'état de santé qu'il faut néanmoins être vigilant, tant pour la sécurité du donneur que pour celle du receveur.

Ainsi, le donneur doit peser plus de 50 kg et n'avoir subi aucune intervention chirurgicale dans les quatre mois précédant le don. De la même manière, un délai est nécessaire après des soins dentaires ou un épisode infectieux.

Certains comportements sont jugés à risque toutefois comme le fait de se droguer par voie intraveineuse ou d'avoir eu de multiples partenaires sexuels peu de temps avant le prélèvement.

Comment s'effectue le prélèvement ?

Seul l'Établissement Français du Sang (EFS) est habilité à prélever du sang, en France. Il faut donc se rendre dans une antenne dédiée, qu'il s'agisse d'un site temporaire ou permanent.

Là, vous remplissez un questionnaire sur votre état de santé à la suite duquel un médecin vérifie votre éligibilité au don du sang. L'entretien n'est pas destiné à être culpabilisant mais seulement à garantir votre sécurité ainsi que celle du malade.

Après cela et si aucune contre-indication n'est décelée, le prélèvement peut commencer. Allongé dans un fauteuil pendant une dizaine de minutes, vous êtes pris en charge par un infirmier ou une infirmière qui remplit une poche de 420 à 480 ml de sang, en fonction de votre poids.

Après le prélèvement, vous êtes invité au repos et à reprendre des forces grâce à une petite collation, offerte par l'établissement. En effet, il n'est pas rare de sentir un peu faible dans les heures suivant le don, même si cela reste sans danger pour la santé.

À noter : un échantillon de sang est systématiquement analysé après le don. Le donneur est donc recontacté si une anomalie est décelée. De même, si vous ressentez une gêne ou les signes d'une infection, il vous faut impérativement contacter l'établissement dans lequel vous avez effectué votre don.