L’eau peut-elle devenir gratuite ?

Publié le 
L’eau peut-elle devenir gratuite ? / Istock.com - Mara Duchetti
L’eau peut-elle devenir gratuite ? / Istock.com - Mara Duchetti
Parmi les nombreux éléments du quotidien que l’on a tendance à prendre pour acquis, l’eau est une denrée dont la rareté devient de plus en plus inquiétante. Certes, dans les grandes villes, pratiquement tous les foyers ont accès à l’eau potable. Néanmoins, ce n’est pas le cas dans de nombreux pays du monde. Si avoir l’eau courante au robinet paraît normal, celle-ci a en réalité subi tout un traitement préalable avant de parvenir au consommateur. Ainsi, gaspiller l’eau est une mauvaise habitude à corriger. Considérant le caractère indispensable de l’eau, beaucoup pensent que cette dernière devrait être distribuée gratuitement. De nombreux arguments viennent pourtant s’y opposer. D’autant plus que les processus d’assainissement de l’eau sont assez complexes. De ce fait, la gratuité de l’eau peut-elle être envisageable un jour ? Décryptage.


Pourquoi l’eau courante est facturée ?

Tout comme l’électricité, l’eau courante est un service dont il n’est pas envisageable de se passer. Toutefois, son prix n’est pas donné et connait même une hausse constante. Alors qu’il est désormais possible de fabriquer soi-même sa propre électricité à la maison pour alléger les factures, en faire de même pour l’eau potable n’est pas encore possible. En réalité, si l’accès à l’eau potable est aussi cher, c’est principalement à cause du traitement qu’elle subit en amont, avant d’aboutir au robinet. En effet, l’eau est décantée, filtrée, désinfectée avant d’être acheminée pour les besoins domestiques. Un tel processus requiert des fonds pour tourner, d’où la facturation. La partie fixe correspond à l’abonnement au service tandis que le reste varie selon la consommation de chacun.

La gratuité de l’eau observée dans certains pays

Face aux tarifs de l’eau courante qui ne cessent d’augmenter, beaucoup se demandent si la gratuité ne serait pas de trop. Pourtant, accéder à une telle demande est loin d’être évident, bien que certains pays aient donné des exemples viables sur la marche à suivre. C’est notamment le cas de l’Afrique du Sud qui, considérant qu’un ménage doit bénéficier d’au moins 25 litres par jour, offre les 6 premiers m3 d’eau. Du côté de Delhi, ce sont les premiers 20 mqui sont gratuitement fournis, et ce, tous les mois. Au-delà de cette consommation, la facturation reprend, mais toujours à des tarifs accessibles, ce qui voudrait dire qu’en appliquant les astuces pour réduire la consommation d’eau, les ménages bénéficiaires peuvent changer la donne.

Des tarifs sociaux, mais pas plus

Instaurer la gratuité, c’est suspendre les facturations, ou encore faire payer un tarif minimum aux usagers selon leur consommation, tout en éradiquant le tarif fixe de redevance. Ce dernier modèle est déjà adopté dans de nombreux pays, dont la France et l’Italie. Concrètement, il s’agit d’un tarif social destiné aux plus démunis dont les ressources ne peuvent couvrir les factures aux tarifs ordinaires. Certes, il ne s’agit pas de gratuité à proprement parler, mais la facture est néanmoins limitée à 2% de leurs revenus, sans oublier les aides prévues. Autrement, une gratuité globale de l’eau est difficile à envisager dans l’état actuel de l’économie. Le mieux que chacun puisse faire serait d’économiser l’eau au quotidien.