Quelle est la meilleure façon de quitter son emploi ?

Publié le 
Quelle est la meilleure façon de quitter son emploi ? / Istock.com - skynesher
Quelle est la meilleure façon de quitter son emploi ? / Istock.com - skynesher
Quitter définitivement son travail est une grosse décision qu’il ne faut surtout pas prendre à la légère. Il convient de bien réfléchir à la question avant d’acter quoi que ce soit. En effet, il serait dommage de se retrouver sans emploi pendant un long moment, considérant que le paiement des factures et du loyer ne peut pas être mis sur pause. Heureusement, il existe bel et bien des façons intelligentes de quitter son emploi sans pour autant se retrouver totalement dans le besoin. Pendant que certaines personnes se tuent à la recherche d’un emploi chaque jour, d’autres pensent à laisser le leur derrière. Une démission ? Un abandon de poste ou une rupture conventionnelle du contrat ? Comment procéder pour ne pas se retrouver avec des factures impayées plein les poches ? Zoom sur les différentes façons de faire pour quitter un emploi sans crainte.


La façon habituelle : démissionner

Une relation contractuelle peut être interrompue à tout moment à l’initiative de l’une des deux parties concernées. Ainsi, un employeur peut décider de licencier un salarié pour différentes raisons tout comme le salarié peut vouloir démissionner de son poste. Dans les deux cas, la rupture de contrat engendre toute une série de procédures et de démarches administratives. Toutefois, il faut noter que si le salarié opte pour la démission pour quitter son emploi, sans en exposer les motivations, l’employeur n’a pas l’obligation de la lui accorder. Pour se concrétiser, le désir de quitter le poste doit être manifesté clairement. En démissionnant, le salarié concerné bénéficie de plusieurs indemnités compensatrices, mais perd son droit aux allocations chômage.

La négociation d’une rupture conventionnelle de contrat

Outre la démission, solution la plus prisée par ceux qui envisagent de quitter leur emploi, la rupture conventionnelle constitue également une option envisageable. Cette méthode est plutôt avantageuse dans la mesure où le salarié concerné perçoit, en plus d’une prime de départ, son allocation chômage. Il est d’ailleurs à noter que la demande de rupture conventionnelle de contrat est, contrairement à la démission, à formuler oralement pour éviter tout éventuel dérapage. Cette méthode profite à la fois à l’employeur, qui se voit accorder le temps de trouver un remplaçant au salarié, et à ce dernier, qui quitte l’entreprise en bons termes.

La mise à profit du congé de transition professionnelle

En réalité, le droit du travail offre plus d’une solution pratique et sans risque aux personnes qui envisagent de quitter définitivement leur poste. Pour ceux qui souhaitent changer de domaine, le congé de transition professionnelle peut s’avérer particulièrement utile. En effet, en y faisant appel, le salarié concerné peut s’absenter de son travail afin de suivre une formation de son choix pour ensuite se reconvertir ailleurs. Toutefois, ce droit n’est accordé qu’au-delà d’une certaine ancienneté au sein de l’entreprise. Cette méthode facilite néanmoins la recherche d’emploi en parallèle tout en garantissant une rémunération constante tout du long.