Taux d’intérêts : qu’est-ce que c’est ? Comment fonctionnent-ils ?

Publié le 
Taux d’intérêts : qu’est-ce que c’est ? Comment fonctionnent-ils ? / iStock.com - Natali_Mis
Taux d’intérêts : qu’est-ce que c’est ? Comment fonctionnent-ils ? / iStock.com - Natali_Mis
Les emprunts et les prêts d’argent sont soumis à des taux d’intérêts. Ces taux sont appliqués aux particuliers, aux entreprises et aux États lorsqu’ils empruntent, de sorte que les organismes préteurs soient rémunérés et perçoivent des intérêts. Ils correspondent à un pourcentage de la somme mise en jeu et prennent en compte le type de crédit, la durée du prêt, le calendrier de remboursement ainsi que le risque encouru par le préteur de ne pas se faire rembourser. En quelque sorte, un taux d'intérêt est le prix qu'il faut payer pour pouvoir emprunter de l'argent.


Des taux d’intérêts soumis à l’inflation

Les taux d’intérêts sont déterminés tous les quinze jours par les Banques centrales. Elles fixent ainsi un taux directeur pour prêter aux banques commerciales, qui sollicitent des emprunts permanents afin de répondre aux besoins de leur clientèle. A ce taux directeur, les banques commerciales ajoutent leurs frais et des primes de risque pour définir leurs taux d’intérêts

Les taux directeurs sont estimés en fonction de l’inflation et de la relance pour l’emploi. En gros, plus l’inflation ou l’activité pour l’emploi sont faibles et plus les taux directeurs vont être bas. A l’inverse, pour réduire l’inflation et calmer l’économie, les taux sont remontés.

Il existe plusieurs natures de taux d’intérêts. Certains sont fixes (et ne bougent pas pendant la durée du crédit), d’autres sont variables ou révisables chaque année, par exemple.

Des taux qui influencent l’économie

On le voit, les montants des taux d’intérêts jouent un rôle important sur l’économie. En effet, lorsque les taux sont faibles, ménages, entreprises et l'Etat peuvent s'endetter à peu de frais et ainsi augmenter leur consommation, leurs investissements et doper la croissance. Lorsque les taux sont élevés, en revanche, les emprunts sont réduits et l’activité est freinée. Ces variations sont particulièrement conséquentes au niveau de l’emploi, du financement de la recherche et de l’innovation, etc.

Toutefois, plus l’argent est facile à emprunter et plus les ménages, les entreprises et les États achètent à l’étranger et s’endettent. Cela a des répercussions lourdes à long terme comme de générer de l’inflation.  Il faut effectivement comprendre que si la demande de biens des ménages croît plus vite que le PIB, l’économie est entrainée dans une spirale d’augmentation des prix et des salaires, qui grève, à terme la compétitivité du pays.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".