Voyager pas cher : découvrez Hanoï, au Vietnam, avant tout le monde

Publié le 
Voyager pas cher : découvrez Hanoï, au Vietnam, avant tout le monde / iStock.com - Nicola Ferrari
Voyager pas cher : découvrez Hanoï, au Vietnam, avant tout le monde / iStock.com - Nicola Ferrari
Située sur les rives du delta du fleuve Rouge, Hanoï est une ville bouillonnante de vie. Ses sept millions d’habitants en font la deuxième ville la plus peuplée du Vietnam, après Hô-Chi-Minh-Ville. Avec ses nombreux lacs bordés d’arbres et ses superbes pagodes, Hanoï est sans doute la plus élégante des capitales du continent asiatique. Où dormir, mais surtout que faire et que voir à Hanoï ? Suivez le guide… 


Points de vue sur la ville

Pour se rendre compte du paysage urbain singulier de la capitale vietnamienne, il faut réussir à se faufiler dans les ascenseurs des hôtels de luxe qui dominent le centre-ville. Depuis les terrasses perchées sur les toits, la vue est saisissante. Les habitations qui forment la ville se révèlent coupées en tranches, et regroupées en îlots le long des avenues. Ce sont les fameuses maisons-tubes, des habitations très étroites (3 à 6 mètres de largeur) élevées sur plusieurs étages. Elles ont poussé au début du régime d’Ho Chi Minh, en réaction à la taxe foncière calculée au prorata du nombre de mètres linéaires de la façade. La façade donnant sur la rue est donc réduite au maximum et le bâtiment se prolonge sur dix ou vingt mètres en profondeur. Multicolores et protéiformes, les maisons-tubes confèrent au paysage urbain un caractère assurément unique.

Au cœur de la capitale, le lac Hoan Kiem est un joyau patrimonial. Selon la légende, au XVème siècle, le Ciel aurait donné à l’empereur Lê Loi une épée magique pour chasser les Chinois du Vietnam. Une fois la paix reconquise, et alors que l’empereur se promenait sur le lac, une tortue d’or géante jaillit de l’eau, attrapa l’épée et disparut dans les profondeurs. Messagère des dieux, la tortue aurait rendu l’épée au Ciel.  On baptisa alors le lac Hô Hoan Kiem (lac de l’épée restituée). Une promenade aux abords du lac offre une vue exceptionnelle sur le Temple Ngoc Son, qui se dresse sur une petite île au nord, et la Tour de la Tortue (Thap Rua) installée sur un îlot au sud. Chaque matin, vers 6 h, les habitants du quartier se retrouvent pour pratiquer le taï-chi sur les berges.

Où dormir ?

Les hôtels et auberges de jeunesse d’Hanoi sont dans l’ensemble très bien tenus, l’accueil y est agréable et les chambres y sont très abordables. La chaîne d’hébergements Hanoi Guest House propose des chambres tout confort à quelques minutes à pied du lac Hoan Kiem, du temple Ngoc Son ou encore du Temple de la Littérature. Le service y est de grande qualité.  Petit nouveau dans le groupe, le Hanoi Guest House Royal offre des services d’une gamme supérieure. Le décor, d’inspiration victorienne, donne le ton. La réception ouverte 24 heures/24 permet de s’enregistrer à tout moment. Les chambres, pourvues de grandes baies vitrées, offrent une belle vue sur le vieux Hanoï.

Le Tomodachi House est une petite auberge aux chambres confortables et au personnel très courtois. Le personnel se tient à disposition pour renseigner les visiteurs sur les attractions touristiques et les aider dans leurs réservations.  Dans la même veine, des établissements comme le Hanoi Brother Inn &Travel et le Hanoi Rocks Hostel offrent des services similaires. 

Plats typiques

La cuisine traditionnelle vietnamienne regorge de qualités : nutritive, diététique et diversifiée, elle n’en est pas moins légère et savoureuse. L’un de ses ingrédients de base est le riz, soit rond et blanc, gluant ou à longs grains et parfumé. Un autre, le nước-mắm, est une sauce à la couleur brune obtenue par la fermentation de poissons très salés. Cet ingrédient, typique de la cuisine vietnamienne, accompagne de nombreux plats. Parmi les plats traditionnels, on retrouve le célèbre phở, une soupe de nouilles à base de bouillon de bœuf cuisinnée avec de l’anis étoilé, du gingembre et des oignons, et accompagnée de lamelles de bœuf ou de porc. Moins connue, la soupe Canh chua contient du poisson et des légumes. Elle doit sa saveur aigre-douce aux tamarins que l’on y ajoute lors de la cuisson. Autre spécialité emblématique du pays, le nem est une crêpe de riz roulée en forme de cylindre qui contient des vermicelles transparents, des morceaux de viande (de porc, de bœuf, de poulet ou de crabe), des morceaux d’oignons et des champignons de mer. Le ravioli vietnamien (Bánh cuốn) est quant à lui fait à base de pâte de riz cuite à la vapeur et farci de porc haché et de champignons. Spécialité du nord du pays, le Chảcá désigne un filet de poisson frit servi avec des vermicelles de riz, des herbes aromatiques, et saupoudré de cacahuètes grillées.

A Hanoï, la restauration de rue bat son plein. En plein cœur de la vieille ville, les locaux et les touristes se pressent autour des poêles à charbon de bois des marchands ambulants. Chaque marchand à sa spécialité. On dit que l’on y trouve la meilleure cuisine de la capitale. 

Vie nocturne

Si Hanoï n’est pas réputée pour être une capitale particulièrement festive, la vie nocturne y est plus développée que ce que l’on pourrait penser. A cause du couvre-feu imposé par les autorités à minuit, les festivités débutent généralement tôt, aux alentours de 18 heures.  On commence la soirée avec un verre en terrasse au Glamour Café, un bar qui a la singulière particularité de partager ses locaux avec une école maternelle. Après la sortie des classes, le lieu s’anime d’une ambiance décontractée. Avis aux amateurs de bières de microbrasserie : c’est un fait peu connu, mais Hanoï est réputée pour la qualité de ses bières artisanales. Parmi les brasseries locales, le Bia Hoi était une petite institution. Aujourd’hui, ce bar de microbrasserie est un endroit incontournable pour siroter une bonne bière fraiche. Chef-lieu de la vie nocturne, le Fat Cat attire les fêtards expatriés et les hipsters locaux. La mezzanine de l’étage permet de boire un verre en toute intimité. Entre le lac de l’Ouest et le fleuve Rouge, le club Savage est l’un des rares établissements à fermer après minuit, ce qui en fait une adresse de choix pour la première étape des noctambules. Ce club au décor industriel propose des concerts de musique live et reçoit des DJ pour animer le dancefloor le week-end. 

Musées et monuments

Avec ses 90 millions d’habitants, le Vietnam compte près d’une soixantaine d’ethnies différentes, dont seulement 54 sont reconnues officiellement par le gouvernement vietnamien. Dans le souci de préserver le patrimoine culturel de ces 54 ethnies, le Musée d’Ethnographie a été érigé. Issue d’une coopération franco-vietnamienne, il est situé sur un site phénoménal de près de 3 hectares. Divisé en deux sites (un à l’intérieur et un autre en plein-air), il expose des artéfacts relatifs à l’histoire, aux mœurs et coutumes des 54 ethnies.

A proximité du mausolée de Ho Chi Minh – véritable lieu de pèlerinage – le musée Ho Chi Minh est un incontournable pour comprendre l’histoire du pays à travers la vie et les actions du célèbre chef communiste du Vietnam, l’oncle Hô. A travers ses différentes expositions, le musée permet de saisir pleinement le rôle qu’a joué Ho Chi Minh dans le processus d’indépendance du Vietnam, et d’éclairer l’histoire politique du pays.

Le musée des beaux-arts a pour mission d’exposer et de préserver les œuvres d’art vietnamiennes. Son espace d’exposition de plus de 4 700 m2 concentre des statues bouddhistes, des peintures laquées ou encore des œuvres de propagande communiste. Le bâtiment qui abrite le musée a été construit dans les années 1930, à l’époque indochinoise. Initialement conçu pour être un établissement scolaire, il accueillait les filles des colons français qui venaient de toute l’Indochine pour recevoir une éducation occidentale. Juste en face du musée se dresse le Temple de la Littérature (Van Mieu), un temple construit en 1070 pour vénérer le philosophe chinois Confucius. Initialement réservé à la famille royale, le lieu sert de centre intellectuel et spirituel. Il devient progressivement accessible au peuple, par le biais d’un examen des compétences, du talent et du dévouement envers le pouvoir impérial. Le bâtiment se compose dudit temple et de plusieurs édifices secondaires articulés autour de cinq cours intérieures.  On entre dans le temple par son extrémité sud. La visite des lieux ne saurait être complète sans un tour à l’exposition permanente de bonsaïs et à la librairie, située à gauche de l’entrée. 

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".