Accro à internet ? Optez pour le camp de vacances déconnecté

Article mis à jour le 

Selon une information du Guardian, un camp de vacances pas comme les autres a récemment ouvert ses portes en Californie. Surnommé "digital detox", ce dernier propose aux accros de l'internet des week-ends en camp de vacances déconnectés. Une bonne façon de lâcher prise et de retrouver un peu d'humanité l'espace de quelques jours.

Et si les nouvelles et futures générations ultra-connectées – le regard sans arrêt rivé aux nouveaux écrans – étaient prochainement amenées à multiplier les "digital detox" pour réussir à retomber les pieds sur terre ? Si un tel phénomène relève aujourd'hui encore de la science-fiction, du moins pour une majorité d'entre nous, reste que la dépendance à Internet est une réalité à ne pas sous-estimer, comme le souligne le Guardian.

Bien conscient de cet état de fait, une société a conçu un camp de désintoxication – sorte de camp de vacances déconnecté au faux air de camping enfantin à l'ambiance seventies –  baptisé "Camp grounded". Son ambition : permettre aux surmenés de la Silicon Valley, principale cible du projet, de résoudre leur dépendance à internet. Pour rappel, les États-Unis considèrent officiellement depuis 2009 la dépendance à internet comme un désordre de comportement mental.

Retrouver les joies de l'enfance, loin du réseau et des smartphones…

Pour parvenir au résultat escompté, les penseurs du "Camp grounded" ont imaginé un programme pour le moins enfantin. Combats de polochons, concours de rire, jeux d'"action/vérité", ateliers de cuisine "pieds nu", école buissonnière et même danse sous la lune. Façonné et conçu à l'image d'un camp de vacances des années 1970 à la Boy scout, le "Camp grounded" se veut "vintage" et rappelle le Moonrise Kingdom de Wes Anderson, tout en conservant son côté dépressif.

À l'image d'un bon vieux teen movie, les vacanciers – ici une bande de geeks accros à tout ce qui touche de prêt ou de loin aux nouvelles technologies – refont les 400 coups. Dormir sur des lits superposés, en dortoirs collectifs, faire griller des guimauves au feu de bois le soir d'une pleine lune et même pourquoi pas revivre son premier amour – si toutefois il y a des filles –, on peut tout faire ou presque à "Camp grounded".

À noter que de nombreuses formules de "digital detox" sont proposées. Si la plus accessible est par exemple facturé 305 dollars pour un week-end dans une région viticole de Californie, le printemps offre la possibilité aux participants de partir tous ensemble une semaine en Amérique du sud (Nicaragua et Costa Rica). Pour la catégorie la plus haut de gamme, dans les Grenadines en mer des Caraïbes, il faudra néanmoins consentir à dépenser 4 500 dollars la semaine.

Pour en savoir davantage, rendez-vous sur le site officiel

Sources : The Guardian, Big Browser, Digital Versus, Digital Detox