Apple vend moins d’iPhone que prévu, Wall Street dans l’expectative

Article mis à jour le 

N'en déplaise à son bénéfice net, la croissance d'Apple n'est pas aussi vivace qu'elle le laisse croire...
N'en déplaise à son bénéfice net, la croissance d'Apple n'est pas aussi vivace qu'elle le laisse croire...

La firme de Cupertino a beau avoir réalisé un bénéfice net trimestriel record de 18,4 milliards de dollars, l’entreprise vend tout juste plus d’iPhone qu’une année auparavant. Un résultat en retrait par rapport aux prévisions, qui n’est pas sans inquiéter Wall Street.

Apple a indiqué mardi dans un communiqué que son bénéfice net trimestriel avait une nouvelle fois atteint des sommets, atteignant un énième record historique (18,4 milliards de dollars). Mais à y regarder de plus près, la croissance des ventes de l’iPhone, son appareil phare, est en panne sèche. Le groupe informatique américain a en effet écoulé 74,8 millions d’iPhone lors du premier trimestre de son exercice décalé initié début octobre. C’est tout juste davantage que les 74,5 millions vendus une année plus tôt. De fait, la croissance est la moins importante observée depuis le lancement en 2007 de la première mouture de l’appareil.

En parallèle, les ventes d’iPad ont reculé de 25 % en l’espace d’un an en dépit du lancement en novembre de l’iPad pro, l’itération 12 pouces de la tablette de la firme. Il n’empêche : Apple est tout de même parvenu à relever son bénéfice net sur le premier trimestre de 2 % en comparaison à octobre-décembre 2014, période à laquelle il affichait un bénéfice net de plus de 18 milliards de dollars - chose à laquelle n’était jamais parvenue la moindre entreprise dans le monde auparavant. Reste que Wall Street ne cache pas son inquiétude à l’égard de ce ralentissement, d’autant plus que l’iPhone représente environ deux tiers du chiffre d’affaires du géant.

 

Sources : lesechos, capital