Beauté : la bière peut-elle vraiment nous rendre plus beaux ?

Article mis à jour le 

Les Japonais n'arrêtent décidément jamais le progrès... - copyright Precious
Les Japonais n'arrêtent décidément jamais le progrès... - copyright Precious

Une bière pas comme les autres vient d’être lancée dans la région d’Hokkaido, dans le nord du Japon. Baptisée "Precious", ce breuvage aurait la particularité de "rendre belle", selon sa marque  distributrice Suntory.

Une société nippone s’imagine que la bière pourrait devenir l’accessoire beauté par excellence. Et pour cause : le groupe Suntory a récemment commercialisé la "Precious", la bière qui "rend belle". Cette marque mise sur le fait que les femmes amatrices de houblon soient entre autres tentées de se procurer ledit produit dans une optique de beauté. Pour ce faire, Suntory compte sur une recette imparable intégrant notamment… du collagène.


Et le Japon inventa la bière au collagène

Imaginez une canette de 33 cl renfermant 5 % d’alcool et… 2 g de collagène. Vous avez bien lu : il s’agit de la protéine la plus utilisée par les utilisatrices de crèmes antirides. Question : la bière "Precious" va-t-elle remplacer les produits "anti-âge" ? Eh bien pas tout à fait, puisque la marque ne la vend pas non plus comme un substitutif mais simplement comme un produit destiné aux femmes prenant soin de leur apparence. À en croire la publicité de la fameuse bière, les jeunes femmes ciblées auraient l’habitude de boire un verre entre amis, l’air un peu embarrassé mais s’esclaffant.

Rappelons que le collagène est produit naturellement par notre organisme. C’est grâce à lui que notre épiderme conserve sa souplesse. Malheureusement, celui-ci est sécrété en moins grande quantité au fil des années, laissant apparaître des rides. Même si aucun spécialiste n’a jusqu’à présent avéré les résultats vantés par les produits alimentaires intégrant du collagène, des dizaines de déclinaison ont vu le jour au Japon : c’est le cas des boissons dites cosmétiques ou encore des chewing-gums. On n’arrête pas le progrès…


Sources : 20minutes, mensquare