Les chauffeurs de VTC lancent leur propre application pour contrer Uber

Article mis à jour le 

Commander son taxi sur smartphone
Commander son taxi sur smartphone

Les chauffeurs de VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur) lancent une application française pour concurrencer le géant américain Uber, et garantir leur indépendance.

Peu de temps après son conflit retentissant avec les taxis, Uber voit désormais ses propres chauffeurs s’opposer à sa plateforme. France Info révèle que l’association des VTC de France lance une nouvelle application "made in France" baptisée VTC CAB. Celle-ci a coûté 130 000 euros à ses créateurs. Le projet a été développé pendant neuf mois puis testé ces dernières semaines en région parisienne. Comme Uber, VTC CAB permet de se géolocaliser, de choisir un chauffeur et de commander une voiture.

Mohammed Radi, l’un des concepteurs de cette nouvelle application, explique : "c’est une application faite par les VTC, pour les VTC, gérée par les VTC." Il précise : "L’objectif, c’est de garder le contrôle sur notre avenir, sur notre travail." Le but est donc de créer une plateforme indépendante pour protéger les chauffeurs français. Il faut dire qu’Uber n’a eu de cesse de brader ses tarifs dernièrement, et prélève de larges commissions sur les courses au détriment des revenus de ses salariés. Certains chauffeurs perdraient ainsi chaque mois 1 500 euros depuis qu’Uber a baissé ses prix de 20%. Sur VTC CAB, la commission déduite sera inférieur à 7%, autrement dit la moins chère du marché. Les tarifs proposés aux clients sont par contre plus chers : huit euros minimum la course contre 5 euros sur Uber.

Pour l’instant, VTC CAB compte seulement 300 chauffeurs français contre 10 000 sur Uber. Mais la nouvelle application pourrait s’imposer sur le marché du transport de particuliers. Ses créateurs souhaitent également étendre leur activité dans les petites villes de France. "Nous, on veut donner du travail à tous nos collègues VTC", déclare Radi avec conviction.

 

Sources : France Info, Le Parisien, Le Point