Le coût du travail grimpe moins vite en France qu’en Allemagne

Article mis à jour le 

Entre 2012 et 2014, le coût du travail en France s’est relevé deux fois moins rapidement que celui de l’Allemagne, selon une étude de l’Insee rendue publique mercredi.

D’après une étude réalisée par l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), la hausse du coût du travail a fortement ralenti depuis 2008, année de la crise économique. Un phénomène d’ailleurs encore davantage perceptible depuis 2013 et le lancement du Crédit impôt compétitivité emploi (CICE). Rappelons que ce dernier, partie intégrante du pacte de responsabilité, consistait en un allègement de charges.

De fait, le coût du travail en France, après une augmentation de 11,1 % entre 2008 et 2014, n’atteignait pas les 1,6 % de hausse entre 2012 et fin 2014. Pour l’Insee, le CICE a permis de réduire l’augmentation de 2,8 point. Alors que du côté de l’Allemagne, bien souvent citée pour ses performances en matière de compétitivité, le coût du travail s’est relevé de 13,1 % entre 2008 et 2014, et de 3,9 % entre 2012 et fin 2014. Soit une hausse deux fois plus importante que dans l’Hexagone.

C’est donc le CICE qui a permis de faire la différence avec l’Allemagne, selon l’Insee. Rappelons par exemple que la France figurait en quatrième position en 2012 parmi les pays au coût de travail horaire le plus élevé (35,2 euros), précédée par la Belgique, la Suède et le Danemark. Pour sa part, le pays d’outre-Rhin se trouvait à la septième place (31,9 euros). Reste néanmoins que le coût horaire du travail français n’est pas prêt de s’aligner sur celui de son voisin allemand, de même que sa compétitivité. À ce titre, la productivité et la compétitivité hors prix doivent en effet être pris en compte.

Sources : lesechos, insee