Facebook cherche un modèle pour rendre son service d'e-mails payant

Article mis à jour le 

Alors que les réseaux sociaux permettent aujourd'hui de communiquer avec n'importe qui, dont des personnes haut placées (membres du gouvernement, entrepreneurs ou artistes), le premier d'entre eux a décidé d'exploiter cette possibilité en facturant les messages envoyés à ces profils particuliers quand ils ne font pas partie de votre cercle de connaissances. Lancé au Etats-Unis le 20 décembre dernier, ce service d'e-mails payants pour les stars est désormais étendu à 36 pays dont le Royaume-Uni (mais pas la France, du moins pas pour l'instant).

Payer pour envoyer du courrier ? Quelle drôle d'idée, on se croirait revenu plus de 20 ans en arrière, avant que les e-mails, MSN, Twitter et autres BBM ne viennent casser ce modèle de communication payante et limitée. À l'époque des timbres, des enveloppes et des ratures sur l'adresse qui faisaient craindre que la missive n'arrive jamais. Aujourd'hui, les messages envoyés via Facebook sont orientés en fonction de votre degré de proximité avec leur destinataire : si celui-ci fait partie de vos relations, ou qu'il est en contact avec un de vos contacts, alors les messages que vous lui envoyez sont dirigés vers sa boîte de réception "normale".

En revanche, s'il y a plus d'un degré d'écart entre vous et le destinataire du message, alors celui-ci finit dans la boîte de réception "autres" (autrement dit, il n'a que peu de chance d'être lu par son destinataire, vu que personne ne connaît même l'existence de cette boîte "autres"). Désormais, pour être sûr que votre message est bien lu par la personne à qui vous l'adressez, Facebook vous propose de payer un droit de passage, équivalent au timbre d'antan, assurant ainsi que la missive électronique finira bien dans la bonne boîte de réception.

        Matériel de lettre avec cire et sceau           lettre manuscrite avec sceau de cire          matériel pour lettre manuscrite, plume, cire, sceau et bougie

Un modèle d'échelle de prix en cours de construction

Le fondateur du réseau social virtuel s'est attribué un prix rond : pour envoyer un message à Mark Zuckerberg depuis un compte aux Etats-Unis - s'il ne fait pas partie de vos contacts - ce sera 100 $ ! Selon le réseau social, un algorithme permet de mettre un prix sur chaque personnalité à qui vous voulez envoyer un message perso. Mais en fonction de quels critères sera fixé ce prix ? Impossible à dire, l'entreprise n'ayant pas souhaité rendre publique cette information. On sait seulement que plus la personne est connue, plus c'est cher. Depuis lundi, ce système s'applique aux internautes anglais, qui se voient désormais facturer les messages à destination d'inconnus un prix allant de 71 pences (0,83 €) jusqu'à 11 £ (12,9 €) pour les célébrités.

Par exemple, il vous en coûtera 10,08 £, soit 11,85 €, pour envoyer un message à l'écrivain Salman Rushdie, mais seulement 71 pences pour joindre des personnalités de second rang, comme les comédiens Miranda Hart et Bill Bailey, ou le ministre de la culture Jeremy Hunt. Selon Iain Mackenzie, porte parole de Facebook Europe, le modèle est en cours de développement, et "ces prix ne sont pas gravés dans la pierre", pas plus qu'ils ne constituent un "baromètre de la célébrité".

Reste à voir comment la communauté des utilisateurs du 1er réseau social virtuel réagira quand on étendra ce modèle à d'autres pays ou - plus ennuyeux- à d'autres fonctions, jusqu'à maintenant gratuites.

Logo Facebook. DR

Sources : E-Marketing, The Guardian (en anglais), NBC News (en anglais)