Le Canada ouvre les yeux sur la détresse de ses peuples autochtones

Article mis à jour le 

Les conditions de vie des Amérindiens au Canada devraient s'améliorer
Les conditions de vie des Amérindiens au Canada devraient s'améliorer

À Attawapiskat, village canadien situé dans le nord de l’Ontario, des dizaines d’Amérindiens ont tenté de mettre fin à leurs jours. Le taux de chômage élevé, la toxicomanie et l’isolement de la localité ont poussé ces jeunes à commettre cet acte. Le chef de la communauté, Bruce Shisheesh, a tiré la sonnette d’alarme.

Il y a trois semaines, 13 jeunes Amérindiens d'Attawapiskat ont conclu un pacte de suicide. Les autorités ont été immédiatement averties par un adulte ayant entendu leur conversation. Ils ont été rapidement conduits à l’hôpital pour un examen psychologique. Vendredi 15 avril 2016, 5 autres ont essayé de mettre fin à leurs jours.

Quelques chiffres

Dans ce même village, 86 membres de la tribu Cris avaient déjà tenté de se suicider en septembre 2015 et le 28 du mois de mars dernier. Si les jeunes sont les plus affectés par ce phénomène, toutes les personnes de 11 à 71 ans sont concernées. Attawapiskat n’est pas l’unique village touché par cette tendance. Un état d’urgence, datant de mars dernier, a également été déclaré à Pimicikamak dans le Manitoba suite à la mort de bon nombre d’adolescents et à 140 tentatives de suicide sur une période de trois mois. Le même phénomène s’est produit chez les Inuits de Kuujjuak, entraînant le décès de 5 jeunes de 15 à 20 ans.

Les séquelles d’un génocide culturel

Cette tentative de suicide en masse est le résultat d’un traumatisme plus ancien. En effet, dans les années 1990, certains groupes d’Autochtones ont été obligés de séjourner dans des pensionnats aménagés par le gouvernement à des fins d’évangélisation et d’assimilation. La Commission de vérité et réconciliation du Canada juge cette méthode comme un “génocide culturel”. Constituant 4 % de la population canadienne, les Amérindiens ont essayé d’alerter plusieurs fois les autorités sur leurs conditions de vie déplorables. Une multitude de sit-in et de manifestations ont déjà été menés, sans succès.

Les mesures pour l’avenir

Datant de 2007, une enquête éditée par la Fondation autochtone de guérison affichait un taux de suicide d’environ 5 à 6 fois supérieur à la moyenne nationale canadienne. La présidente de l’Assemblée des Premières Nations, Perry Bellegrade, a sollicité l’instauration d’une stratégie nationale de lutte contre le suicide. Intervenant sur une chaîne de télévision canadienne, Bruce Shisheesh a imploré une aide rapide du gouvernement. Un comité spécial composé de 18 spécialistes et sociologues a donc été dépêché rapidement à Attawapiskat. Un porte-parole du ministère canadien de la Santé avoue que les problèmes de santé mentale et de toxicomanie existaient depuis longtemps dans ces communautés autochtones. Afin d’améliorer les conditions de vie des Amérindiens, Justin Trudeau, Premier ministre canadien, consacrera 8,4 milliards de dollars à la rénovation des infrastructures, des logements et à l’éducation.

 

Sources : lemonde, liberation