Le sang se glace réellement après une grosse frayeur, c’est prouvé !

Article mis à jour le 

Notre sang se "glace"-t-il en cas de grosse frayeur ?
Notre sang se "glace"-t-il en cas de grosse frayeur ?

Si vous ne faites habituellement pas partie des âmes sensibles terrifiées par les films d’horreur, vous aurez une très bonne raison de paniquer après avoir pris connaissance des résultats d’une recherche récente. Il semblerait que l’adage soutenant qu’après une grosse frayeur, le sang se glace, soit finalement vrai. Cet effet "réfrigérant" sur la circulation sanguine se produit réellement quand un film d'horreur nous traumatise.

Vous ne regarderez plus jamais un film d’horreur de la même façon après avoir lu ce qui suit !

Selon une croyance médiévale, la peur figerait le sang dans les veines. Cette expression, au premier abord un peu absurde, illustre pourtant une réalité scientifique que des chercheurs néerlandais de l'Université de Leiden ont révélée au grand jour.

Pour cette étude, 24 personnes d’au moins 30 ans, en parfaite santé, ont visionné A Year in Champagne (2014) et le film d'horreur Insidious (2011). Sur une échelle de peur allant de 1 à 10, les sujets ont attribué à Insidious une note moyenne de 7. Quatorze d’entre eux ont commencé par regarder le documentaire, puis le film d'horreur, alors que les 10 autres ont opté pour l’ordre inverse. Un quart d’heure avant et après chaque diffusion, les chercheurs ont récolté des échantillons sanguins sur tous les participants. Ils cherchaient à déterminer le niveau du facteur VIII, une protéine impliquée dans la coagulation du sang.

57 % des personnes qui venaient juste de voir Insidious présentaient une augmentation exponentielle du facteur VIII, contre seulement 14 % pour le documentaire sur le champagne, et ce, quel que soit l’ordre de visionnage. "La peur génère une réaction d’hyperexcitabilité de l’ensemble de votre corps pour qu’il soit prêt à réagir, et même à perdre du sang."

Mais ne vous précipitez pas chez votre médecin après un film d'horreur ou une peur bleue. Cela n’est pas nécessaire, car aucun risque mortel n’est établi (de type formation d'un caillot). En effet, le niveau des autres facteurs de coagulation ne change pas. Ainsi, l’idée du sang qui se glace serait simplement un réflexe naturel de défense initié par le corps.

 

Sources : sciencesetavenir, 20minutes

Cet article a recueilli 3 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : loisirs