Santé : on sait désormais mesurer le niveau de conscience d'une personne dans le coma

Article mis à jour le 

Anesthésie ou coma, lorsque le patient est inconscient, il passe par différents stades. Une des plus grandes difficultés pour les proches est alors de savoir lorsque ce dernier est en capacité d'entendre et de sentir les mouvements autour de lui. Or, les choses seraient sur le point de changer, d'après une récente étude. Les chercheurs de l'université de Liège auraient en effet réussi à trouver une façon de mesurer la conscience d'une personne dans le coma.

S'il est difficile de définir exactement la conscience, on sait en revanche qu'être sous anesthésie ou dans le coma passe par des stades différents. Qu'il s'agisse du stade végétatif, où le patient n'entend rien, au stade intermédiaire, où il est sensible à l'environnement extérieur, il est aujourd'hui encore difficile de le savoir précisément.

Habituellement, les docteurs estiment un stade de conscience en analysant les réactions des patients avec des tests externes, en lui tenant les mains ou en lui demandant de fermer les yeux. Une méthode plutôt peu fiable puisqu'un patient peut très bien entendre mais ne pas répondre, parce qu'il ne comprend pas ou parce qu'il ne peut pas bouger.

Mesurer la conscience par rapport à l'intégration des informations

Désormais, ces difficultés pourraient disparaître grâce à la découverte des chercheurs belges publiée dans la revue Science Transnational Medicine, qui permet de mesurer le niveau de conscience d'une personne sous anesthésie ou dans le coma. Les chercheurs y expliquent qu'ils se sont appuyés sur une théorie, controversée selon laquelle la conscience est liée à la capacité du cerveau à intégrer de grandes quantités d'informations. Pour le co-auteur de cette étude, Steven Laureys, cette méthode est objective et ne dépend pas des capacités sensorielles et motrices du patient.

Ils ont donc analysé au total une cinquantaine de personnes à différents stades : ainsi, certaines étaient endormies, éveillées, d'autres sous anesthésies ou bien dans le coma. À l'aide d'un encéphalogramme, ils ont donc décidé d'étudier la réaction des neurones lorsque le cerveau est stimulé par un dispositif magnétique externe. Après chaque envoi d'une impulsion magnétique, les chercheurs observaient tout particulièrement les quantités d'informations intégrées.

Un score de conscience qui définit le stade du patient

En comparant le nombre d'informations reçues et les connexions qui les reliaient dans les zones neuronales, ils obtenaient un score de conscience allant de 0,1, pour un état végétatif, à 0,7 pour un état conscient. 

Les résultats obtenus ont été en accord avec les hypothèses. D'une part les patients éveillés possédaient des notes supérieurs à 0,5 alors que ceux qui étaient en coma végétatif n'allaient pas plus loin que 0,3. Enfin, entre ces deux mesures se situait l'état de conscience partiel, un des stades les plus difficiles à déceler.

Forts de ces résultats plus que concluants, les chercheurs de l'université de Liège ont bon espoir de voir cette méthode s'appliquer dans les hôpitaux à l'avenir.

Sources : Le Figaro