Apprentissage anticipé de la conduite

Par : Philippe Colin - Dernière modification : 4 mars 2013 - fiche pratique
A+ A- |
  • Imprimer cet article
  • |
  • Envoyer à un ami
Ce guide pratique vous est proposé en partenariat avec : Ford

Pour compléter votre lecture :

  • Tous nos articles sur le permis de conduire
apprentissage anticipé conduite

L'apprentissage anticipé de la conduite

L'apprentissage anticipé de la conduite a été institué en 1990 pour permettre aux jeunes de conduire sans permis, sous certaines conditions.

Cette formule permet d'acquérir une expérience de la conduite pendant 1, 2 ou 3 ans sous le contrôle d'un accompagnateur, avant l'obtention du permis de conduire. Elle permet notamment de connaître un meilleur taux de réussite à l'examen du permis de conduire (environ 70% contre 50% avec la filière traditionnelle en 2008).


Qui peut en bénéficier ?

Tout jeune âgé d'au moins 16 ans et jusqu'à 18 ans.

En quoi consiste cette formule ?

La formation se déroule en 2 étapes : la formation initiale puis la conduite accompagnée avec des allers-retours en auto-école.

  • La formation initiale, d'une durée de 20 heures minimum de conduite effective, au sein de l'auto-école, permet au candidat de se présenter à l'épreuve théorique du permis (le code).

En cas de réussite, l'auto-école lui délivre une attestation de fin de formation initiale.
Une copie de cette attestation doit être adressée à la compagnie d'assurance et à la préfecture dans un délai de 3 semaines.

  • La conduite accompagnée peut ensuite débuter. Elle s'étale sur une période d'une durée minimale de 1 an.

Le jeune doit conduire au moins 3 000 km sur le réseau routier et autoroutier du territoire national, à différents moments du jour et de la nuit, et dans diverses conditions météorologiques. Il est accompagné par une personne titulaire du permis B depuis au moins 5 ans sans interruption et n'ayant pas été condamné pour certains délits (conduite sous l'emprise d'état alcoolique, délit de fuite...). L'identité du ou des accompagnateurs est mentionnée dans le document remis par l'auto-école.
Le véhicule doit être équipé de 2 rétroviseurs latéraux réglés pour l'élève et pour l'accompagnateur. Il n'est pas nécessaire (comme c'est le cas pour les leçons de conduite traditionnelles) qu'il y ait une double commande de freins et d'embrayage. Le logo AAC, autocollant ou magnétisé, doit être présent à l'arrière du véhicule.

A noter : avant de pratiquer la conduite accompagnée, le propriétaire du véhicule doit avoir l'accord de sa compagnie d'assurance. Un avenant gratuit est annexé au contrat. En cas d'accident, une franchise parfois élevée peut rester à la charge de l'assuré.

Le jeune doit, durant sa phase d'apprentissage, se rendre à 3 rendez-vous pédagogiques obligatoires :

  • le 1er, d’une durée minimale de  2 heures, se déroule en présence de l’accompagnateur et du moniteur ;
  • le 2e a lieu entre 6 et 8 mois de conduite (et environ 1 000 km parcourus) ;
  • le 3e a lieu à l'issue des 3 000 km. Au cours de ce rendez-vous, le moniteur d'auto-école évalue si l'élève est apte à être présenté à l'épreuve pratique du permis de conduire.

Quelques règles à respecter :

La conduite accompagnée est autorisée en France sur routes ou sur autoroutes tous les jours. La vitesse est limitée à :

  • 110 km/h sur les sections d'autoroute où la limite normale est fixée à 130 km/h ;
  • 100 km/h sur les sections d'autoroute où cette limite est plus basse, ainsi que sur les routes à 2 chaussées séparées par un terre-plein central ;
  • 80 km/h sur les autres routes ;
  • 50 km/h en agglomération.


La conduite accompagnée est en revanche interdite à l'étranger.

Le responsable de l'auto-école annote le livret d'apprentissage du jeune conducteur. Ce livret doit être présenté à la police en cas de contrôle sur les routes.

La présentation à l'épreuve pratique du permis est alors possible dès l'âge de 18 ans.

Quels sont les avantages ?

Augmentation des chances de réussite aux épreuves du permis de conduire.

Avantages financiers : la plupart des compagnies d'assurances proposent aux jeunes ayant obtenu leur permis après l'apprentissage anticipé :

  • une diminution de moitié de la surprime " jeunes conducteurs " la 1ère année ;
  • la suppression totale de toute surprime la 2e année si le jeune n'a pas été responsable d'accident.


Les candidats ayant obtenu le code sont dispensés de le repasser s'ils souhaitent passer un permis moto dans les 3 ans qui suivent leur réussite à l'examen.

Grâce à l'AAC, la durée du permis probatoire est de 2 ans au lieu de 3 ans (sans infraction entraînant un retrait de point du permis de conduire).

Où s'adresser ?

A une auto-école agréée (signalée par l'affichette "AAC" sur la vitrine) ; on peut aussi s'adresser à la préfecture (Bureau de la circulation) pour connaître la liste des auto-écoles agréées.

Désormais, l'accompagnateur peut subir les sanctions pénales habituelles si lui-même ou le jeune apprenti conducteur se trouvent en état d'ébriété (amende, perte de points du permis, suspension, annulation, emprisonnement).


 

Qui sommes nous ?

La mission de Pratique.fr : vous offrir un très large choix de fiches pratiques et d'articles destinés à répondre aux questions que vous pouvez vous poser dans votre vie quotidienne.

En savoir plus

Accès au contenu

En savoir plus sur pratique.fr