Changer d'alimentation pour préserver la planète

Publié le 

Changer d'alimentation pour préserver la planète / iStock.com-Nastco
Changer d'alimentation pour préserver la planète / iStock.com-Nastco

Face à l’évolution démographique, le risque d’insuffisance des ressources alimentaires à l’échelle mondiale plane. Certaines études scientifiques préconisent un changement de comportement afin de préserver les ressources alimentaires et la planète.

De nombreux scientifiques recommandent aujourd’hui un changement d’alimentation afin de préserver la planète. Zoom sur les solutions proposées.

Diminution des calories

Dans son rapport Agrimonde publié en 2011, des chercheurs de l’Institut National des Recherches Agronomiques (INRA) soulignent l’importance du changement du comportement alimentaire, surtout dans les pays développés. Ce document met en évidence les fortes disparités entre les pays riches et ceux en voie de développement. En effet, si un individu dispose en moyenne de 3 000 kcal par jour, cet apport atteint 4 000 kcal/j dans les pays de l’OCDE contre seulement 2 300 kcal/j en Afrique subsaharienne. Le Pr Keith Richards de l’Université de Cambridge, auteur d’une étude scientifique publiée dans la revue Nature Climate Change, recommande également une alimentation saine et équilibrée tout en évitant le gaspillage.

Moins de viande

D’après Sandrine Paillard, responsable de l’unité prospective de l’INRA, une diminution de la consommation de viande est souhaitable afin de réduire les pressions à risques sur les écosystèmes. En effet, la production d’un kilo de viande nécessiterait 13 000 l d’eau contre 100 l pour un kilo de pommes de terre. Ainsi, les chercheurs de l’INRA ont établi un scénario durable selon lequel 2 500 kcal sur les 3 000 correspondant aux besoins journaliers de chaque individu proviennent de ressources végétales. Pour le Pr Keith Richards et son équipe, la consommation hebdomadaire d’une personne devrait être limitée à 85g de viande rouge et 7 portions de volaille, soit une par jour. En outre, 5 œufs par semaine sont à inclure dans l’alimentation. D’après le Pr Pete Smith, co-auteur de l’étude britannique, une alimentation équilibrée permet de préserver à la fois la santé de la population et les ressources de la planète.

Cet article a recueilli 6 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : cuisine