Cool news : des sous-vêtements sans perturbateurs endocriniens !

Publié le 

Cool news : des sous-vêtements sans perturbateurs endocriniens ! / iStock.com - Dimatit633
Cool news : des sous-vêtements sans perturbateurs endocriniens ! / iStock.com - Dimatit633

En général, les acheteurs accordent une attention particulière au choix de leur lingerie. En effet, les sous-vêtements en disent long sur l’élégance de celui ou celle qui les porte. De leur côté, prennent-ils soin de notre peau et de notre santé ? Découvrez les sous-vêtements garantis sans perturbateurs endocriniens !

Les sous-vêtements contiennent généralement du coton dont la production est réputée pour son usage massif d’insecticides et de pesticides. Si la matière utilisée ne vient pas d’une culture bio, ces accessoires peuvent ainsi exposer l’utilisateur à des risques allergiques. Ils peuvent même provoquer des problèmes de santé plus graves en fonction de la nature de la contamination.

Lingerie : potentiellement dangereuse ?

Si la matière première n’est pas d’origine bio, les insecticides et les pesticides utilisés dans la culture du coton peuvent se retrouver dans les produits textiles comme les sous-vêtements. Une fois en contact avec l’utilisateur, ces fibres contaminées peuvent provoquer des irritations cutanées, des allergies, voire des problèmes respiratoires.

L’impact environnemental de la création de sous-vêtements est également inquiétant. En effet, tout le processus de fabrication nécessite l’utilisation de nombreux colorants et de produits chimiques comme le chlore, les métaux lourds et les formaldéhydes. S’ils se retrouvent dans la lingerie, même en petite quantité, les muqueuses du porteur y seront exposées nuit et jour. Pourtant, sujettes aux frottements et à la transpiration, ces zones se révèlent sensibles aux substances toxiques.

Sous-vêtements sans perturbateurs endocriniens

Pour protéger l’environnement et limiter les risques pour la santé, les amateurs de lingerie ont le choix entre abandonner les sous-vêtements et opter pour du bio. Il est toutefois indispensable de reconnaître les labels les plus fiables en la matière. Le label Oeko-Tex, par exemple, implique des tests de toxicité avancés sur le textile, garantissant ainsi l’absence de substances dangereuses et nocives pour l’environnement.

Les sous-vêtements dits “bio” sont généralement fabriqués à partir de coton bio certifié GOTS. Concrètement, cette certification est obtenue grâce aux matières premières issues de cultures n’utilisant pas d’engrais chimiques, d’insecticides et de pesticides. Une fois associés, les labels bio et Oeko-Tex permettent de s’assurer de l’absence totale d’allergènes et de substances nocives (colorants, formaldéhydes et autres toxines) dans sa lingerie.

L’origine bio de son coton et sa teinture Oeko-Tex font notamment partie des principaux arguments de vente de la marque Olly. Elle s’est ainsi engagée à produire des “culottes sans perturbateurs endocriniens”. Esquisse, pour sa part, utilise des matériaux synthétiques certifiés Oeko-Tex. Enfin, pour les amoureux de la nature, des marques telles que Do you green et Luva Huva fabriquent des sous-vêtements à partir de matières écologiques (fibre de pin, bambou, soja, chanvre, etc.). Des sous-vêtements en textile "Compotextil",  issu d'épluchures d'agrumes recyclées, viennent d'ailleurs d'être présentés par l'entreprise Olly. Il s'agirait alors de lingerie "zéro-déchet" ! Affaire à suivre...

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : mode femme