Couverts et objets en bambou, éco mais toxique ?

Publié le 

Couverts et objets en bambou, éco mais toxique ? / Istock.com - Alina Buzunova
Couverts et objets en bambou, éco mais toxique ? / Istock.com - Alina Buzunova

Les alertes écologiques sur le danger du plastique pour l’environnement ne cessent de se multiplier. En réponse à cette urgence planétaire, le plastique à usage unique commence à être banni du marché. Ainsi, les gobelets, les pailles, les couverts jetables en plastique cèdent la place à des alternatives jugées plus écologiques. Les ustensiles et mugs en bambou notamment se popularisent. Toutefois, quoique moins dangereux que le plastique, les couverts et récipients en bambou sont loin d’être la solution idéale selon plusieurs études scientifiques.

Le rapide boycott du plastique a ouvert la porte à l’ascension des ustensiles en bambou. Ces derniers ont actuellement la côte et se déclinent en toutes sortes de contenants, allant des lunch box aux mugs, en passant par les couverts. Néanmoins, cet engouement autour du bambou, au lieu d’être écologique, serait dangereux pour la santé. Des substances synthétiques utilisées dans leur fabrication rendent ces ustensiles toxiques. Décryptage.

Une mise en garde par l’association des consommateurs

À l’heure actuelle, les solutions pour éviter le plastique à la maison et au quotidien se multiplient. Le bambou est l’un des matériaux utilisés pour la fabrication de ces objets. Ainsi, des pailles, des gobelets, des vaisselles et des couverts en bambou se multiplient sur le marché. Si, à priori, cette solution semble écologie, il n’en serait rien selon l’association 60 millions de consommateurs. En effet, la DGCCRF a signalé la toxicité potentielle des objets en bambou. “D’un point de vue sanitaire, ces produits ne sont pas toujours adaptés à une utilisation en vaisselle”, souligne Dr Andres Hensel, de l’institut allemand d’évaluation des risques.

La présence d’une substance toxique découverte

Alors que les films en plastique ont trouvé leur alternative écologique avec les bee’s wrap, les objets en bambou requièrent de la prudence. En effet, une migration des composants utilisés pour leur fabrication a été constatée lorsque ces objets sont portés à chaud, entrainant un risque chimique élevé. Comme le bambou n’est pas du bois, seules ses fibres sont utilisées pour fabriquer des ustensiles tels que des cuillères et des assiettes. Pour ce faire, ce matériau naturel est compacté grâce à un mélange de résine Mélamine-Formaldéhyde, un plastique thermodurcissable inoffensif. Toutefois, lorsque la résine est de mauvaise qualité, la chaleur attaque ce composant et le libère dans la nourriture. Plus la quantité de substance ingérée est importante, plus le formaldéhyde, classé cancérigène, est nocif, notamment pour les reins.

D’autres solutions à privilégier

Si les objets en bambou semblent être la solution au bannissement du plastique, leur usage est très peu conseillé en raison du risque toxique qu’ils présentent. À la place, ce ne sont pas les alternatives réellement écologiques qui manquent. Certes moins répandus, les contenants en inox, en porcelaine ou en verre sont à préférer. Si l’usage du bambou est inévitable, il est préférable d’opter pour ceux qui en sont fabriqués à 100%. De plus, ils ne doivent servir que pour la nourriture et les boissons froides. Autrement, des alternatives intéressantes telles que les pailles comestibles et les assiettes mangeables commencent à voir le jour.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : santé