La chasse aux rodéos urbains par les autorités

Publié le 

La chasse aux rodéos urbains par les autorités / iStock.com - AlessandroPhoto
La chasse aux rodéos urbains par les autorités / iStock.com - AlessandroPhoto

La chasse aux rodéos urbains par les autorités continue encore et toujours. Des courses illégales de véhicules motorisés sont régulièrement organisées malgré les efforts fournis.

Les autorités entendent tout faire pour faire disparaître les fameux “rodéos urbains”. La police a reçu l’ordre de mener des opérations coordonnées sur les zones les plus concernées. Il s’agit d’identifier et d’arrêter les organisateurs ainsi que les participants. Les objectifs principaux sont de protéger les piétons et les pilotes, même s’ils portent des protections comme un gilet rafraîchissant et chauffant.

Les rodéos favorisés par le confinement

Le rodéo urbain signifie pour beaucoup faire de la “roue arrière” et des acrobaties sur des motos. D’autres se lancent dans des courses de motos, de scooters ou de voitures sur une rue déserte. Ce phénomène existe depuis de nombreuses années. Il a été amplifié par le confinement qui a aussi permis la création d’activités comme la fabrication de théâtre de marionnettes en carton avec les enfants. En effet, les rues étant généralement désertes de jour comme de nuit, les délinquants en ont profité pour en faire leur terrain de jeu. Pour rappel, l’organisation d’un rodéo urbain est complètement illégale. Les participants et les organisateurs continuent néanmoins de sillonner les rues. La situation a même empiré depuis le déconfinement. Les participants aux rodéos urbains ont pris l’habitude de se défier, et fuir la police est devenu un jeu pour certains pilotes.

De lourdes sanctions, mais non dissuasives

La participation et l’organisation de rodéos urbains sont considérées comme des délits. Elles sont interdites comme la circulation des deux roues entre les files de voitures dans certains départements. De nombreuses sanctions sont applicables depuis la loi du 3 août 2018. La loi prévoit un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende pour les participants. Les sanctions peuvent aussi s’aggraver en fonction du nombre de délits commis. En effet, ces peines sont doublées lorsque les actes sont commis en réunion. Elles sont triplées si le pilote est sous l’emprise de l’alcool ou de la drogue. Les sanctions sont encore plus dissuasives pour les organisateurs. Ces derniers risquent deux ans de prison et 30 000 € d’amende.

Sur le papier, ces sanctions font peur. Dans la pratique, elles semblent être inefficaces puisque le nombre de participants à ces courses illégales ne cesse d’augmenter. Cela s’explique en partie par le fait que l’application est souvent difficile. De plus, il est nécessaire d’attraper et d’identifier les délinquants avant de les sanctionner.

Réaction plus intense des autorités

Les autorités font des efforts pour combattre ce phénomène dévastateur. Depuis le début de l’année 2021, les forces de l’ordre ont pu interpeller 704 individus. Elles ont aussi saisi plus de 950 engins motorisés.

Pour information, les rodéos urbains dérangent les riverains à plus d’un titre. Les siestes sont gâchées par le bruit des moteurs et la circulation est gênée. Pire encore, les rodéos urbains causent de nombreux accidents. Entre autres, une femme de 21 ans a perdu la vie après avoir été fauchée par un motard participant à une course sauvage dans la nuit du 16 au 17 juillet.