Le burn-out, pas encore reconnu comme une maladie professionnelle en France

Publié le 

Le burn-out, pas encore reconnu comme une maladie professionnelle en France / iStock.com - filadendron
Le burn-out, pas encore reconnu comme une maladie professionnelle en France / iStock.com - filadendron

Cadres ou employés, dans le secteur privé ou public, le burn-out concerne tous les travailleurs. Ce problème, aussi appelé, syndrome d’épuisement professionnel a été identifié dans les années 70. Pourtant, le burn-out n’est pas encore considéré comme une maladie professionnelle.

Le burn-out est-il une maladie professionnelle ou pas ? Cette question revient toujours au centre des débats ces dernières années. Ce problème, touchant beaucoup d’employés, est la source de nombreuses pathologies. Néanmoins, le burn-out reste une maladie encore mal connue en France. Même l’OMS ne considère pas le “burn-out” comme une maladie.

Un mal difficile à définir

Le burn-out est un mal difficile à définir. Il a visiblement un lien avec la situation au travail. Il peut être aussi favorisé par des facteurs personnels. Ainsi, deux personnes se trouvant dans la même situation professionnelle ne sont pas soumis aux mêmes risques.

Néanmoins, la Haute autorité de santé a essayé de donner une définition :

“Le burn-out est un état d’épuisement physique, émotionnel et mental résultant d’un investissement prolongé dans des situations de travail exigeantes sur le plan émotionnel.”

La psychologue sociale Christina Maslach désigne le burn-out comme une dégradation du lien entre le sujet et le travail. Trois signes peuvent être visibles :

  • Épuisement émotionnel ;
  • Cynisme par rapport au travail ;
  • Diminution des performances.

Le burn-out pas encore une maladie professionnelle

Le burn-out n’est pas encore considéré comme une maladie professionnelle. Les maladies psychiques sont reconnues, mais non l’épuisement professionnel. Ce mal n’est pas encore présent dans le tableau officiel les listant. Toutefois, il existe une subtilité sur ce point. L’article L461—1 du Code de la sécurité sociale prévoit une possibilité de faire reconnaître le burn-out comme une maladie professionnelle. Cela est possible si le travailleur arrive à prouver le lien entre la pathologie et les conditions de travail. Aussi, elle doit causer une incapacité permanente partielle supérieure ou égale à 25%.

Pour le faire reconnaître, il faut passer par un médecin traitant. Il délivre un certificat médical détaillant l’état de santé lié au travail. Il incite également à la déclaration de la maladie auprès de la Caisse primaire d’assurance maladie. Si la maladie est reconnue, l’employeur doit payer des indemnités à l’employé, d’où l’importance de préserver le bien-être des salariés en entreprise.

Le burn-out un problème renforcé par la Covid-19

En 2017, une diminution des cas de burn-out a été observée. L’association Vaincre le burn-out a recensé entre 300 000 et 500 000 personnes contre 3,2 millions en 2016. Toutefois, le syndrome est reparti à la hausse ces dernières années. La crise sanitaire liée à la Covid-19 a empiré la situation. L’enquête CovidPrev de Santé Publique France, publiée en avril 2021, a alerté sur le fait que 22% des Français souffrent d’un état anxieux. La hausse est de l’ordre de 8,5 points par rapport au niveau hors épidémie. Pire, 64% des Français ont déclaré avoir des problèmes de sommeil. 9% ont eu des pensées suicidaires. Pour vous en prémunir, découvrez les livres qui développent le bien-être au bureau.