Lifestyle : la tendance de l'automariage

Publié le 

Lifestyle : la tendance de l'automariage / iStock.com-GOLFX
Lifestyle : la tendance de l'automariage / iStock.com-GOLFX

Quête du développement personnel ou simple fantaisie ? Véritable phénomène, l'automariage fait de plus en plus d’adeptes en Europe ! Découvrez les raisons qui poussent certains célibataires à choisir cette institution ainsi que les bienfaits sociologiques qu’elle est censée leur apporter. Décodage.

L’automariage est une option jugée fantasque pour la plupart des gens. Il est pourtant intéressant de comprendre ses spécificités avant d’émettre une opinion sur la question. Dans un monde où la lutte pour les libertés individuelles n’en finit pas, cette institution constitue peut-être une énième révolution. 

Les questionnements qui entourent l’automariage

Pour certains, l’automariage représente un moyen de surmonter la solitude. Il permet de reprendre confiance en soi lorsque l’entourage se met en ménage. C’est le cas d’une professeure de gym italienne : Laura Mesi. Succédant à Nello Ruggiero, premier homme, à s'être marié avec lui-même, elle est la première femme à sauter le pas en Italie.

Partant d’une promesse qu’elle s’est faite après un échec relationnel, Laura Mesi s’est donc mariée à elle-même. Une cérémonie de mariage presque classique a été célébrée avec l’attirail complet de la parfaite mariée. Robe blanche, bague, témoins et invités, chaque élément était présent, sauf le mari. Il faut noter que cette célébration n’a aucune valeur légale, simplement une dimension symbolique. La mariée sans époux s’est même offert une superbe lune de miel en Égypte.

Un mariage classique et à la fois insolite

Il faut savoir que les divergences d’opinions fusent par rapport à l’automariage. Certains interprètent cette institution officieuse comme un acte féministe, tandis que d’autres n’y voient qu’une preuve de narcissisme ou de désespoir. Cette tendance gagne en popularité par-delà le monde. En 2015, Sophie Tanner a ainsi décidé de célébrer sa sologamie. Elle a été la première Britannique à se lancer dans cette entreprise.

Pour elle, l’automariage n’implique aucune inclinaison particulière pour le célibat. Elle ne comporte aucune notion d’exclusivité, mais prône au contraire la liberté absolue. Sophie s’est ainsi engagée dans des noces aux allures traditionnelles. Robe de mariée, cardinal, invités, demoiselles d’honneur et bal ont bien marqué l’évènement. Son père l’a même conduit jusqu’à l'autel. Elle a prononcé ses vœux et a fini par le fameux lancer de bouquet.

L’automariage : un vent de modernité

Une adepte de l’automariage raconte son expérience. La célébration n’a rien eu de conventionnel. La mariée était vêtue en noir et portait des lunettes de soleil. Les quelque 500 personnes présentes au karaoké ainsi que ses enfants en ont été les témoins. Ni homme d’Église ni représentant de la Mairie n’étaient présents pour l’occasion.

En Europe, aux États-Unis ou au Japon, la sologamie est un mouvement qui prend de l’ampleur. Cet engagement intrinsèque mènerait au bonheur d’après les spécialistes de l’idéologie. Il existe maintenant des coachings spéciaux qui préparent les néophytes à prendre cette voie.

Cet article a recueilli 4 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : vie quotidienne