La moitié des Français cherchent à consommer "mieux"

Publié le  - Mis à jour le 

La moitié des Français cherchent à consommer "mieux" / iStock.com - M_a_y_a
La moitié des Français cherchent à consommer "mieux" / iStock.com - M_a_y_a

Dans un monde en crise et malgré le phénomène de surconsommation, 52 % des Français font de la résistance et déclarent vouloir mieux consommer.

L'Observatoire des consommations émergentes (ObSoCo) a publié une étude réalisée du 9 au 23 juillet 2012 auprès d'un échantillon représentatif de la population française d'environ 4000 personnes. La tendance générale qui se dégage de cette étude est la volonté de la moitié des Français, quelle que soit leur catégorie socioprofessionnelle, de consommer mieux.

Que signifie "mieux  consommer" pour les Français ?

Derrière la notion "mieux consommer", 44 % des sondés entendent consommer des produits "qui durent plus longtemps", 37 % des produits "bons pour la santé" et 36 % des produits "plus respectueux de l'environnement". Les résultats de l'enquête montrent que les Français ne sont pas dans un refus de consommer mais bien d'optimiser leurs dépenses en temps de crise tout en adoptant un comportement plus responsable. Ainsi, 64 % des Français sont attentifs à l'origine des produits qu'ils achètent.

Acheter des produits d'occasion, notamment dans le domaine des loisirs, est devenu une pratique courante pour 60 % des Français. 49 % d'entre eux ont même mis en vente au moins un de leurs effets personnels au cours de l'année. Bien entendu, la démocratisation des sites marchands tels que eBay ou Le Bon Coin n'y sont pas étrangers.

L'emprunt reste également une pratique en vogue. On emprunte facilement des livres, des DVD ou encore du matériel de bricolage à sa famille, ses amis ou ses voisins. 37 % des Français ont eu recours à l'achat groupé au cours de l'année. 38 % avouent également avoir récupéré des objets déposés sur les trottoirs.

Enfin, la location entre particuliers émerge petit à petit. De plus en plus de consommateurs s'accordent à dire que l'utilisation du produit l'emporte sur le besoin de possession.