Nature : les océans pourraient monter de deux mètres d'ici 2100

Publié le 

Le vapotage fait de plus en plus d’adeptes / iStock.com - yehor / iStock.com - Nuture
Le vapotage fait de plus en plus d’adeptes / iStock.com - yehor / iStock.com - Nuture

Le réchauffement climatique est un problème d’ordre mondial aux conséquences imprévisibles. Si la situation actuelle ne cesse d’empirer, une étude récente réalisée par 22 experts des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique annonce les pires scénarios possibles. Selon eux, le niveau de la mer pourrait s’élever de 2 m supplémentaires d’ici 2100.

La déforestation, le réchauffement climatique, la fonte des glaces et la montée des océans, autant de menaces qui pèsent sur la planète Terre. Le 20 mai dernier, un rapport paru dans les comptes-rendus de la PNAS (Académie américaine des sciences), estime plausible, dans le pire des cas, une montée de 2 m des océans d’ici la fin du XIXe siècle.

Des estimations qui empirent au fil du temps

Des prévisions qui dépassent le consensus scientifique actuel, ainsi sont perçues ces estimations établies par l’Académie américaine des sciences. Avant ce rapport, une précédente étude de référence avait été menée en 2014 par le GIEC (Groupe d’Expert Intergouvernemental) sur l’évolution du climat). En ces temps, la pire des scénarios tablait sur une montée de moins d’un m des océans d’ici 2100, et ce, comparé à la période entre 1986 et 2005. Hélas, les circonstances ont changé et le réchauffement climatique empiré. Cela amène le pessimisme scientifique à craindre un réchauffement de 5 °C de plus à la fin de ce siècle, avec une probabilité de 5% que les océans s’élèvent de 238 cm. Entre temps, il s’est avéré que les éoliennes contribuent au réchauffement climatique.

Ça chauffe sur Terre !

Les scientifiques ainsi que tous les gouvernements mondiaux sont conscients que la Terre est proche du point de rupture. Afin de limiter les dégâts, l’accord de Paris signé en 2015 avait établi une limite de 2 °C au réchauffement mondial, objectif atteignable en réduisant les émissions de gaz à effet de serre. Pourtant, les choses ont tourné au désastre et suivent un chemin bien différent. Freiner le réchauffement climatique s’est avéré hors de la portée de l’humanité et la Terre se dirige aux pas de courses vers un réchauffement de 5 °C accompagnée d’une inondation irréversible. Selon les experts ayant mené l’étude, la montée de la mer varierait entre 36 et 126 cm dans le meilleur des cas si la hausse de température s’arrêtait à 2 °C comme convenu.

La fonte des glaces cause la montée des eaux

Les 22 experts qui ont participé à l’étude sont spécialisés en calottes glaciaires. D’après eux, l’imprévisible fonte des glaces, elle-même due au réchauffement climatique, est l’une des principales raisons de la montée des eaux. Le scénario pessimiste qu’ils ont conclu est caractérisé par une élévation de plus de deux mètres du niveau actuel des océans au cours des 80 prochaines années. Concrètement, cette expansion de la mer engloutirait 1,79 millions de km² de terres. Environ 187 millions de personnes habitant des villes côtières seraient alors contraints de se déplacer. De nombreuses villes telles que Bordeaux et New York seront sous l’eau à l’horizon 2040. Une chose est sûre, une montée des océans de deux mètres va bouleverser l’humanité.