Santé : faut-il avoir peur du paracétamol ?

Publié le 

Santé : faut-il avoir peur du paracétamol ? / iStock.com - StockPlanets
Santé : faut-il avoir peur du paracétamol ? / iStock.com - StockPlanets

L'antidouleur le plus commercialisé, le paracétamol, est présent dans différents médicaments : Dafalgan, Efferalgan, Doliprane… Toutefois, peu de gens sont conscients de ses risques potentiels sur la santé. Décryptage.

Un mal de tête ou une fatigue musculaire ? Le réflexe de bon nombre de personnes est de prendre un comprimé ou deux de paracétamol. Si ce médicament a fait ses preuves, ses répercussions négatives ne sont pas négligeables.

Les effets néfastes du paracétamol

En termes d'automédication, le paracétamol figure parmi les produits les plus utilisés. Il est ainsi présent dans de nombreuses armoires à pharmacie. Attention cependant aux risques de surdosage ! Pour limiter les accidents, suivez ces 5 conseils importants pour mieux vous soigner et éviter ainsi le triste sort de Naomi Musenga. À fortes doses, le paracétamol s'attaque principalement aux cellules du foie jusqu'à sa destruction complète. D'ailleurs, le surdosage de ce médicament conduit une centaine de malades par an à se faire greffer ! Il est donc déconseillé aux personnes souffrant d'insuffisance hépatique, de dénutrition et de faible poids. Par ailleurs, il ne doit jamais être associé à l'alcool. Ce mélange est tout simplement dévastateur pour le foie. D'autres études ont montré que ce médicament favorise les maladies cardiovasculaires ainsi que les problèmes rénaux et gastriques quand il est pris de façon régulière.

Quelle est la bonne dose ?

Pour ne courir aucun risque, veillez à ne pas dépasser les 3 grammes de paracétamol en 24 heures, tout en espaçant les prises. Ce dernier détail est important, car une seule prise de 15 grammes peut conduire à une nécrose hépatique pouvant se révéler fatale. C'est la raison pour laquelle ce médicament est privilégié dans les suicides. Le problème prend particulièrement de l’ampleur, car un pharmacien sur quatre n’est pas au fait des risques potentiels en conseillant des doses nocives de paracétamol. Selon le pharmacologue Giroud, une vaste campagne de sensibilisation doit être menée auprès des consommateurs afin qu'ils prennent conscience des risques encourus. Les pouvoirs publics ont tout intérêt à résoudre ce problème d'information rapidement.

Le paracétamol présent dans 200 médicaments

Hormis le foie, le paracétamol aurait également une influence sur les émotions. Malgré une vigilance accrue, la possibilité de dépasser la dose maximale demeure présente. En effet, plus de 200 médicaments contiennent du paracétamol et il n'est pas toujours évident de déceler sa présence. Une surdose se manifeste d'abord par des signes d'irritation intestinale. Deux jours après, le malade souffre de nausées, d'anorexie, de douleurs abdominales et de malaise. Apparaissent ensuite les signes d'une insuffisance hépatique pour déboucher finalement sur un coma hépatique. À ce stade, le malade doit être hospitalisé d'urgence.

Cet article a recueilli 2 avis. 50% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : conseils santé