Santé : les médecines alternatives insuffisantes pour soigner le cancer

Publié le 

Santé : les médecines alternatives insuffisantes pour soigner le cancer / iStock.com - CIphotos
Santé : les médecines alternatives insuffisantes pour soigner le cancer / iStock.com - CIphotos

Si les médecines alternatives à l’instar de la sophrologie, du qi gong ou de l’homéopathie peuvent être utiles aux patients, elles ne peuvent pas se substituer au traitement conventionnel du cancer. Cette conclusion découle d’une étude publiée dans le Journal of the National Cancer Institute par des chercheurs américains.

De nombreux malades du cancer cherchent des alternatives au traitement conventionnel. Des chercheurs de l’Université de Yale ont mené une étude afin d’évaluer l’efficacité de ces méthodes.

Des patients réticents au traitement conventionnel

D’après le Pr Skyler Johnson de l’Université de Yale, de nombreux patients refusent le traitement conventionnel, notamment la chimiothérapie. Il s‘agirait pour la plupart de femmes jeunes ayant un bon niveau d’éducation et des revenus confortables. Le Pr Johnson regrette que certains patients rejettent le traitement conventionnel alors que leur maladie est à un stade curable. D’après les résultats de l’étude, entre 0,7 et 1,2% des femmes atteintes du cancer du sein optent pour une médecine alternative. Certaines sont convaincues que la chimiothérapie est un poison qui finira par les tuer. Pour d’autres, l’acceptation du traitement conventionnel est conditionnée par la possibilité de bénéficier d’une médecine alternative en complément.

Des méthodes dangereuses

D’après le chirurgien oncologue, la décision de mener cette étude a été prise après avoir constaté que la maladie de certains patients a empiré après un traitement alternatif. Les chercheurs de l’Université de Yale ont expressément choisi des cancers non métastasés comme ceux du sein, du colon, du poumon, du rectum et de la prostate. D’après les résultats, le risque de décès en choisissant une médecine alternative au lieu du traitement conventionnel est multiplié par 5 pour le cancer du sein, par 4 pour le cancer du côlon et par 2 pour le cancer de la prostate. D’après le Pr Johnson, les risques sont plus élevés pour les cancers du sein et du côlon en raison de l’agressivité de ces maladies contre lesquelles les traitements conventionnels ont prouvé leur efficacité. Pour le Pr David Gorski, les médecines alternatives ne sont pas reconnues, car certaines ne réussissent pas à prouver leur efficacité, tandis que d’autres ont montré leur inefficacité.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : Cancer