La médecine douce : un complément au traitement contre le cancer ?

Publié le 

La médecine douce : un complément au traitement contre le cancer ? / iStock.com - Marvinh
La médecine douce : un complément au traitement contre le cancer ? / iStock.com - Marvinh

Les personnes atteintes d’un cancer ont recours à la médecine alternative pour diverses raisons. Certaines cherchent dans la médecine complémentaire un moyen d’atténuer les effets secondaires du traitement classique et d’accroitre leur efficacité. D’autres sont surtout en quête d’un moyen d’améliorer leur bien-être et de mieux supporter la maladie. Dans tous les cas, la médecine douce ne doit jamais se substituer au traitement traditionnel.

Les thérapies énergétiques pour améliorer le bien-être des personnes cancéreuses

Les médecines alternatives ne sont pas des solutions miracles qui guérissent d’elles-mêmes le cancer. Certaines permettent toutefois d’atténuer les effets secondaires des traitements classiques. L’acupuncture, par exemple, évite l’apparition des nausées qui accompagnent généralement les séances de chimiothérapie. Elle est également une alternative intéressante pour soulager les troubles digestifs, tels que la diarrhée, qui peuvent parfois découler d’une séance de chimiothérapie. L’acupuncture contribue, de même, à atténuer la dépression et l’état de fatigue souvent ressentis par les personnes atteintes de cancer.

D’autres thérapies comme le Qi gong et le yoga améliorent le psychisme des personnes atteintes de cancer pour les aider à affronter la maladie avec plus de sérénité et d’optimisme. Ces thérapies dites énergétiques canalisent l’énergie interne de l’individu pour la faire circuler dans tout l’organisme et réinstaurer l’équilibre énergétique interne chamboulé par le cancer. Les séances peuvent donc améliorer le bien-être du malade, ce qui l’aide à mieux affronter sa maladie.

D’autres thérapies pour apaiser le corps et l’esprit

Le massage de bien-être est une autre méthode non conventionnelle utilisée pour favoriser la détente musculaire et nerveuse d’une personne atteinte du cancer. Cela contribue à soulager la douleur mais également le stress ressenti par le malade au cours de son traitement. La sophrologie, elle, utilise la détente physique et mentale pour mieux gérer le stress, le sommeil et les émotions tout au long du traitement. Ces méthodes alternatives ne présentent, en général, pas de risques d’interactions avec les traitements classiques. Toutefois, il est toujours conseillé de demander l’avis de l’oncologue avant de s’y lancer.

Les apports de la phytothérapie dans le traitement contre le cancer

Le cancer est souvent la conséquence d’une défaillance du système immunitaire. Certains végétaux, comme l’astragale, le cumin noir et la spiruline, stimulent ce dernier. D’autres plantes, comme le gui, sont aussi reconnues pour leurs facultés à limiter les récidives après un traitement classique. Certaines, enfin, ont la faculté de soulager les effets secondaires du traitement conventionnel du cancer. L’Aloès est ainsi souvent utilisé pour soulager les troubles digestifs engendrés par les séances de radiothérapie ou de chimiothérapie. Le desmodium est particulièrement utilisé pour détoxifier le foie. Les fleurs de Bach, elles, permettent de calmer les peurs et les angoisses liées à la maladie. Certaines plantes comme le ginkgo biloba, le ginseng rouge et le curcuma ont des propriétés alcanisantes, qui permettent de prévenir l’apparition d’un cancer. Cependant, il ne faut pas les combiner avec le traitement car elles peuvent augmenter la toxicité de ce dernier en chimiothérapie habituel. C’est pourquoi, par mesure de précaution, il est toujours recommandé de demander l’avis d’un médecin avant de prendre tout supplément à base de plantes en complément du traitement d’un cancer. Cette précaution reste valable, même pour les préparations homéopathiques.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : Médecines douces