Vie Pro : les difficultés de mobilité, freins à l'emploi ?

Publié le 

Vie Pro : les difficultés de mobilité, freins à l'emploi ?
Vie Pro : les difficultés de mobilité, freins à l'emploi ?

Mercredi dernier, Elabe a publié les résultats d’un sondage sur la mobilité et l’accès à l’emploi commandé par l’association Wimoov et le laboratoire de la mobilité inclusive. D’après cette étude, près de 20% des Français ont renoncé à un entretien d’embauche en raison du manque de moyens de transport.

Pour réaliser cette étude, Elabe a effectué un sondage en ligne sur 1 003 personnes du 5 au 9 décembre 2016. Pour 86% des sondés, les difficultés d’accès aux moyens de transport constituent un frein à l’emploi.

Des catégories sociales plus vulnérables

Les résultats du sondage mené par Elabe montrent que 54% des personnes percevant un revenu mensuel inférieur à 1 000 euros et 46% des jeunes ont dû faire face à cette situation. Cette étude met aussi en évidence une forte disparité entre les utilisateurs des transports en commun et les personnes qui se déplacent avec leur propre véhicule. En effet, seuls 17% des titulaires du permis B ont déjà renoncé à un entretien d’embauche faute de transport contre 37% de ceux qui n’ont pas le permis.

Les transports en commun en cause

Près de 43% des sondés ont avoué rencontrer de temps en temps des difficultés pour se rendre sur le lieu de leurs études ou de leur travail. Cette difficulté pour se déplacer touche 74% des utilisateurs du TER et 66% des utilisateurs du RER et du métro. Si près de 50% des sondés estiment que les moyens de transport sont insuffisants dans leur zone d’habitation, les difficultés de déplacement touchent environ 67% de ceux qui habitent en région parisienne et 50% de ceux qui vivent banlieue.

L’aide à la mobilité de Pôle Emploi

L’aide à la mobilité proposée par Pôle Emploi prend en charge en totalité ou en partie les frais de déplacement et d’hébergement, ainsi que le repas de tout demandeur d’emploi souhaitant passer un entretien d’embauche. Cependant, cette aide ne concerne que ceux qui doivent effectuer 60 kilomètres aller-retour ou 2 heures de trajet pour passer un entretien pour un contrat en CDD, CDI ou CTT (temporaire) d’au moins 3 mois consécutifs.

Cet article a recueilli 1 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".

Les catégories relatives à cet article : social - rh