La gemmothérapie : tout savoir sur la médecine des bourgeons

Publié le 
Gemmothérapie / iStock.com - SHSPhotography
Gemmothérapie / iStock.com - SHSPhotography
La gemmothérapie est une branche de la phytothérapie qui utilise les propriétés des bourgeons pour traiter différents types d’affections. Boudée par la communauté scientifique, elle reste peu connue du grand public. D’où vient la gemmothérapie ? Quelles sont ses propriétés et ses contre-indications ? Petit tour d’horizon des choses à savoir sur la médecine des bourgeons.


Qu’est-ce que la gemmothérapie ?

Le terme « gemmothérapie » provient du latin « gemma, gemmae »  qui signifie « bourgeon ». Le terme désigne donc une forme de thérapie par les plantes à base de tissus embryonnaires végétaux, les bourgeons, les radicelles et les jeunes pouces. La gemmothérapie a été « inventée » par un médecin belge, Pol Henry dans le courant du XXème siècle.

Quels sont les bienfaits de la gemmothérapie ?

A ce jour, la gemmothérapie n’a fait l’objet d’aucune étude ni publication scientifique officielle permettant d’établir avec certitude ses effets. L’efficacité de la gemmothérapie est donc difficilement mesurable et reste sujette à caution. En compléments de traitements médicamenteux, les bourgeons sont traditionnellement utilisés pour leurs propriétés anti-inflammatoires, anti-oxydantes et détoxifiantes. Ils permettent notamment de soulager les douleurs arthritiques, les troubles du sommeil et de l’anxiété et les symptômes des maladies cardiovasculaires.

Quels bourgeons et quelles propriétés ?

Les bourgeons les plus utilisés en gemmothérapie sont les suivants :

  • Bourgeons d’airelle : leurs propriétés phyto-estrogéniques leur permettent d’intervenir en complément des traitements des troubles de la ménopause et l’ostéoporose.
  • Bourgeons d’argousier : reconnus pour leurs effets sur le tonus, ces bourgeons peuvent intervenir durant une convalescence.
  • Bourgeons de bouleau : les bourgeons du bouleau sont utilisés pour leurs propriétés anti-inflammatoires, ils peuvent participer à la consolidation d’une fracture ou à la cicatrisation d’une plaie.
  •  Bourgeons de cassis : utilisé en association avec un traitement médicamenteux, le cassis permet de diminuer les symptômes des allergies. Ses propriétés anti-inflammatoires permettent de soulager les maladies rhumatismales.
  • Bourgeons de noyer : le noyer soulage les douleurs et ballonnements liés aux indigestions et aux intolérances alimentaires.
  • Bourgeons de romarin : leur action sur la fonction biliaire leur permet de protéger le foie et d’intervenir dans la détoxification de l’organisme.
  • Bourgeons de tilleul : ces bourgeons sont indiqués dans le traitement des troubles du sommeil et de l’anxiété.

Comment les extraits de bourgeons sont-ils fabriqués ?

Selon la technique développée par Pol Henry, les embryons de plantes sont récoltés et macérés dans un mélange d’eau, d’alcool et de glycérine. Le processus de macération dure environ trois semaines. Les « macérats », comme on les appelle, permettent de fabriquer les solutions à partir desquelles les extraits de bourgeons vont être créés.

Quelle est la posologie et quelles sont les contre-indications ?

La posologie diffère selon l’âge et l’affection. Pour l’adulte, la dose quotidienne recommandée varie entre 5 et 15 gouttes maximum, toujours diluées dans de l’eau. Les femmes enceintes ou allaitantes doivent se restreindre à 5 gouttes par jour, et les enfants de plus de vingt mois à 1 goutte par 10 kg de poids et par jour. Comme les extraits de bourgeons ne présentent aucune toxicité ni effet secondaire connu, les cures peuvent s’étaler sur plusieurs mois (jusqu’à 8 mois).

Pour traiter des allergies, par exemple, on utilise du cassis et de la viorne. Les propriété anti-inflammatoires et antiallergiques du cassis se marient avec l’action de la viorne sur le système respiratoire. La posologie de ce traitement est de 5 gouttes par jour diluées dans l’eau pour un adulte. Le traitement s’étale sur 2 à 3 mois avant le début de la saison des allergies.

Les extraits de bourgeons utilisés en gemmothérapie sont dépourvus des composés toxiques que l’on peut trouver dans certaines plantes, de ce fait ils ne présenteraient aucun danger pour l’organisme, notamment ceux des enfants et des femmes enceintes. Comme nous l’avons vu, les macérats peuvent faire l’objet d’une association. Qu’elles entrent en interaction avec des médicaments ou non, il est recommandé d’utiliser ces préparations sous l’avis d’un médecin.