Quels sont les bienfaits de la sauge ?

Publié le 
Quels sont les bienfaits de la sauge ? / iStock.com - Stieglitz
Quels sont les bienfaits de la sauge ? / iStock.com - Stieglitz
La sauge est une plante cultivée et consommée depuis l’Antiquité. Bien qu’essentiels dans la pharmacopée, la sauge et ses bienfaits restent méconnus du grand public. D’où vient la sauge ? Quelles sont ses propriétés thérapeutiques ? Découvrez les secrets de cette plante purifiantes et salvatrice.


D’où vient la sauge ?

La sauge est une plante médicinale abondamment utilisée dans les plats mijotés en cuisine et dans les médecines traditionnelles. Son nom scientifique, salvia, provient du latin salvare « guérir ». La salvia comporte pas moins de 700 espèces cultivées dans le sud de l’Europe, l’Asie Mineure, l’Amérique centrale et du Sud et le bassin méditerranéen. La sauge est communément utilisée pour ses propriétés purificatrices. Les Amérindiens se servent notamment de la plante dans divers rituels, tandis que les Mexicains la consomment sous forme de graines visqueuses (chia).

Comment reconnaître la sauge dans le jardin ?

La sauge est une plante vivace à la racine brune et fibreuse qui a autant d’aspects que d’espèces. Ses feuilles sont généralement rugueuses, pointues et recouvertes d’un petit duvet. Au printemps, la plante se pare de petites fleurs bleues ou roses.

Quel est l’apport nutritif de la sauge ?

La sauge offre un très bon apport nutritif. La plante représente en effet une source de vitamine K, la vitamine nécessaire à la synthèse de protéines qui participent à la coagulation du sang et à la formation des os. La sauge est également une source non négligeable de fer, qui intervient dans le transport de l’oxygène dans le sang et dans la formation des globules rouges et des nouvelles cellules.

Quelles sont les propriétés médicinales de la sauge ?

La sauge était abondamment utilisée au temps de l’Antiquité, à la fois dans l’alimentation et dans les soins d’hygiène. Reconnue pour ses propriétés antiseptiques, anti-inflammatoires et antioxydantes, la sauge participait au traitement des infections des muqueuses et favorisaient la digestion.

Pline L’Ancien rapportait dans son Histoire naturelle, l’impact de la sauge sur l’amélioration des performances cognitives. Au Moyen Âge, lors des grandes épidémies qui ont décimé l’Europe, la sauge intervenait dans la composition du « vinaigre des quatre voleurs », une concoction aux propriétés antiseptiques destinée à soigner les pestiférés. La sauge contient de l’acide rosmarinique, qui est un puissant antioxydant et contribue à l’action anti-inflammatoire de la plante.

Aujourd’hui, la plante est recommandée pour soulager les maux liés à la digestion (les reflux gastriques, la diarrhée, les ballonnements, les flatulences, etc.) ou encore les affections respiratoires, comme la toux ou la bronchite. Les tanins de la sauge sont également reconnus pour leur capacité à bloquer les glandes sudoripares, et ainsi contrôler la transpiration excessive. La sauge est donc un antitranspirant naturel, préconisé pour contrer cet effet indésirable de la ménopause.

Quelles sont les propriétés cosmétiques de la sauge ?

Outre ses vertus médicinales, la sauge possède de nombreuses propriétés cosmétiques. Présente dans certains shampoings, elle permet d’assainir le cuir chevelu en hydratant le cuir chevelu et réduisant pellicules. Sous forme d’huile essentielle, elle entre dans la composition de masques ou de crèmes destinées au traitement des peaux grasses ou acnéiques. La sauge est par ailleurs utilisée en parfumerie pour fixer le parfum sur la peau. Pour en bénéficier, il suffit de se frotter une feuille de sauge contre la peau avant d’y vaporiser un parfum.

Comment consommer la sauge ?

La sauge se consomme communément sous forme de tisane ou d’huile essentielle. Les tisanes se prennent sur une période limitée à une dizaine de jours maximum avec une pause d’environ trois semaines. Il convient de ne pas consommer plus de trois tasses par jour afin de limiter le risque d’apparition d’effets indésirables. En règle générale, la sauge se consomme avec modération, et sur recommandation d’un professionnel de la santé, qu’il s’agisse d’un médecin, d’un pharmacien ou encore d’un naturopathe. Les préconisations des spécialistes varient selon les maux et les besoins.

Quelles sont les contre-indications et les effets indésirables ?

En règle générale, une consommation modérée de la sauge ne présente aucun danger pour la santé. Certains effets indésirables peuvent cependant survenir, comme l’apparition de nausées et de vomissements. Une dose trop élevée peut causer des bouffées de chaleur, des convulsions, une baisse de la vigilance, des vertiges ou encore des palpitations. C’est la raison pour laquelle il est notamment recommandé de ne pas prendre le volant après avoir consommé une tisane à la sauge. Comme la plupart des huiles essentielles, l’huile essentielle de sauge est à utiliser avec précaution : elle contient jusqu’à 50 % de thujone, une substance neurotoxique et abortive. L’utilisation de l’huile essentielle de sauge est donc interdite aux personnes vulnérables, comme les femmes enceintes, les personnes épileptiques, souffrant d'hypertension et les personnes dont le système immunitaire est globalement affaibli, comme les personnes âgées et les jeunes enfants.

Cet article a recueilli 2 avis. 100% des utilisateurs ont trouvé cet article "pratique".