Voyage : la Dalmatie centrale, coeur de l’Adriatique

Publié le 
Voyage : la Dalmatie centrale, coeur de l’Adriatique / OMIS denis-peros ONT Croatie
Voyage : la Dalmatie centrale, coeur de l’Adriatique / OMIS denis-peros ONT Croatie
À environ deux heures de vol de Paris, la Dalmatie offre ses quelque 6 000 kilomètres de côte le long de l’Adriatique. Cette région de la Croatie offre une diversité de paysages et un patrimoine historique exceptionnel. Zoom sur cette destination dans cet article !


Split et ses alentours

Capitale de la région et 2ème plus grande ville du pays, Split s’enorgueillit du nombre impressionnant de monuments inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco. À commencer par la vieille ville aménagée dans l’enceinte d’un palais romain érigé par l’empereur Dioclétien au début du IIIe siècle. Enclavés à l’intérieur des ruines, des appartements adossés aux murailles sont toujours habités ! Le palais occupe environ 4 hectares au sein desquels certains espaces se visitent : au centre, le péristyle, cour bordée d’arcades et de colonnades corinthiennes en granit rouge et en marbre, la cathédrale Saint-Domnius, mausolée de Dioclétien dont le porche est flanqué de deux sphinx rapportés d’Egypte, le vestibule, rotonde de 17 mètres de hauteur, ou encore le temple dédié à Jupiter. La « Riva », promenade en bord de mer, les petites ruelles enchevêtrées, bordées de cafés et de terrasses animées, contribuent au cachet d’une ville où l’on se plaît à déambuler sans autre but que de découvrir les traces des civilisations qui se sont succédé, depuis la période romaine jusqu’aux édifices aux coupoles meringuées de l’Empire austro-hongrois, en passant par le style vénitien néoclassique et Renaissance.

 

iStock.com - xbrchx
iStock.com - xbrchx

Trogir

Sur la côte à proximité, ne pas manquer Trogir où les civilisations illyrienne, hellénistique, romaine, byzantine, vénitienne, austro-hongroise ont laissé leurs empreintes. Vantée pars Pline l’Ancien pour la beauté et la qualité de son marbre, elle concentre sur son territoire une des densités d’églises les plus élevées au monde. La vieille ville est située sur un
îlot au bord duquel yachts et bateaux de croisières se balancent au soleil.

 

iStock.com - xbrchx
iStock.com - xbrchx

Omis

Une histoire turbulente que celle d’Omis, ville de pirates particulièrement pugnace en raison notamment de sa position à l’embouchure de la rivière Cetina , à environ 25 km de Split. Chaque année, au mois de juillet, se tient le festival de « klapa » tradition immémoriale et très vivante de choeurs a capella composés exclusivement d’hommes. Rues, places, cafés et restaurants, résonnent de ces chants traditionnels dalmates reconnus par l’Unesco comme « bien culturel immatériel ».

Une multitude d’îles et îlots

Des excursions d’île en île sont organisées au départ de Split :

  • Brac (prononcer « Bratch ») est accessible par ferry en 50 mn. On peut simplement y passer la journée et profiter de l’une des plages les plus célèbres de Croatie, « La corne d’or », plage de galets très prisée des amateurs de sports nautiques ;
  • Un peu plus loin (deux heures en ferry), Hvar surnommée « le Saint-Trop » dalmate, est réputée pour sa vie nocturne. Pour davantage de tranquillité, direction les îles infernales (Paklinski otoci), ensemble de 21 îlots bordés d’une eau d’un bleu céleste ;
  • À deux heures et demi de ferry, Vis est sans doute l’île la plus préservée. Longtemps occupée par une base navale militaire interdite à la visite, elle n’est ouverte au public que depuis 1991, date de l’indépendance de la Croatie. Criques secrètes et plages préservées, eaux turquoises dans un environnement de toute beauté vous tendent les bras.

L’arrière-pays

Dans l’arrière-pays de Split, Sinj, petite cité restée dans son jus s’enorgueillit d’avoir chassé les Ottomans en 1715 et célèbre l’événement tous les ans le 1er dimanche d’août au cours d’un spectaculaire tournoi de chevalerie, l’Alka. Les villageois costumés se lancent à cheval dans une course effrénée munis d’une lance, l’objectif étant d’accrocher un anneau suspendu audessus de la piste. La tradition, elle aussi classée au patrimoine immatériel del’Unesco, se transmet de père en fils. Pour un savoir plus sur l’histoire de cette bataille décisive, une visite s’impose au très beau musée qui lui est consacré.

 

ALKA Nikola Belančić 1 -SINJ Tourism
ALKA Nikola Belančić 1 -SINJ Tourism